Mère de famille éborgnée à Villemomble : les policiers à nouveau acquittés en appel

Lors de l’intervention, un policier avait lancé une grenade de désencerclement GMD, dont un plot de caoutchouc avait éborgné la mère de famille (illustration). / © PATRICK KOVARIK / AFP
Lors de l’intervention, un policier avait lancé une grenade de désencerclement GMD, dont un plot de caoutchouc avait éborgné la mère de famille (illustration). / © PATRICK KOVARIK / AFP

Deux policiers ont été à nouveau acquittés jeudi en appel au titre de "l'état de nécessité" et de la "légitime défense", après des violences lors d'une intervention en 2013 à Villemomble, en Seine-Saint-Denis. Une mère de famille quinquagénaire avait perdu un œil.
 

Par France 3 PIDF / AFP

Au titre de "l'état de nécessité" et de la "légitime défense", deux policiers ont été à nouveau acquittés jeudi en appel à Paris, pour des violences lors d'une intervention en 2013 à l'issue de laquelle une mère de famille avait été éborgnée. Le verdict a été prononcé après dix heures de délibéré, dans une salle remplie par les familles des fonctionnaires et les proches des parties civiles. "On se rend compte aujourd'hui qu'après sept ans de combat, on n'aura pas de justice pour notre mère", a regretté Makan Kébé, l'un des fils de la victime.

Plusieurs dizaines de personnes, venues le soutenir, sont sorties du Palais de justice en scandant "Pas de justice, pas de paix".
Les deux policiers, âgés de 40 et 41 ans, ont quitté la salle sans s'exprimer. L'un des avocats de la défense, Daniel Merchat, a estimé que cette deuxième décision était, comme la première, "tout à fait légitime et motivée". Les policiers étaient jugés depuis une semaine pour des faits remontant au 23 juin 2013. Ce soir-là, vers 20h30, des policiers de la BAC (la Brigade anticriminalité) avaient interpellé dans une cité de Villemomble, en Seine-Saint-Denis, un jeune homme : Makan Kébé, 20 ans, confondu avec un fuyard. Son frère de 21 ans avait alors tenté de s'interposer.

Les prescriptions d'usage pas respectées mais des "menaces avérées" selon la cour

Alertés, des habitants, dont la mère des deux frères, étaient descendus au pied de l'immeuble où l'atmosphère était tendue. Alors que les riverains reculaient, un fonctionnaire avait lancé une grenade de désencerclement GMD, dont un plot de caoutchouc avait éborgné la mère de famille quinquagénaire.

Trois fonctionnaires de police avaient été jugés et acquittés en juillet 2018. Le parquet général avait alors fait appel pour deux d'entre eux : celui qui avait lancé la grenade et un autre, qui avait tiré au lanceur de balle de défense sur l'aîné des deux frères, le blessant au niveau de l'oreille.
La cour d'assises d'appel de Paris n'a pas suivi les réquisitions de l'avocate générale, qui avait demandé mercredi 6 et 18 mois de prison avec sursis, estimant que la légitime défense n'était "pas constituée". Dans ses motivations, la cour a indiqué que les policiers étaient intervenus en renfort, dans la précipitation et la confusion, deux de leurs collègues ayant actionné leur "signal de détresse" après avoir été "pris à partie" par un groupe de jeunes. La cour a souligné que le policier n'avait pas respecté les prescriptions d'usage en lançant la grenade "en cloche" et non en la faisant rouler au sol, mais elle a notamment jugé que les fonctionnaires "faisaient l'objet de menaces avérées" de la part "d'individus hostiles se mêlant aux riverains".

Sur le même sujet

Les + Lus