Réouverture des clubs de sport : "Au Five, on se sert du sport pour créer du lien social"

Tous les clubs et les salles de sport sont autorisés à rouvrir ce mercredi. Au club de foot à cinq du Five en Seine-Saint-Denis, cette réouverture permet à nouveau d’envisager le sport comme créateur de lien social.

Le Five de Marville en Seine-Sant-Denis rouvre ses portes ce mercredi 9 juin
Le Five de Marville en Seine-Sant-Denis rouvre ses portes ce mercredi 9 juin © DENIS CHARLET / AFP

À Marville en Seine-Saint-Denis, ce mercredi 9 juin marque un renouveau. Les gérants et les adhérents célèbrent la réouverture du centre après plusieurs mois de fermeture.  "On remarque qu’il y a une grosse envie de retrouver le jeu chez les adhérents", se réjouit Joseph Vieville, co-fondateur du Five Ainsi, les matchs de foot à cinq pour tous les âges vont pouvoir reprendre dans un cadre qui allie technologie et innovation sportive. Parmi les infrastructures, se trouvent des terrains de qualité avec d’importants dispositifs d’éclairage et des vestiaires spacieux pour ceux qui ne sont pas amateurs de football. Le club propose également de la zumba, du squash, du badminton et du fitness. 

L’une des valeurs principales de l’encadrement, assure Joseph Vieville, co-fondateur du Five,  "c’est le lien social que l’on crée à travers le sport, surtout avec les enfants et les adolescents". Pour les plus jeunes, le Five propose du foot à cinq avec des stages pendant les vacances ou des cours plus réguliers avec des écoles de football partenaires. Ainsi, les enfants bénéficient de cours de foot à cinq en intérieur afin de pratiquer cette alternative au football à 11. "Beaucoup d’enfants trouvent cela plus confortables de jouer en intérieur. Par exemple, en février, quand il fait 2 degrés, ils n’ont pas forcément envie de jouer dans le froid". 

"Si l’on souhaite laisser une empreinte sociale, il faut dépasser le simple cadre sportif"

L’aspect sportif est primordial pour l’encadrement : il encourage le dépassement de soi et transmet des valeurs essentielles de la vie en société. Mais c’est avant tout une réflexion d’ordre social qui pousse Joseph à ouvrir le premier centre du Five à Bobigny en 2008 : "Nous avons très vite pris conscience que le sport devait servir de prétexte à ce que les jeunes s’émancipent socialement et scolairement" . En ce sens, le centre de Marville propose entre autres un accompagnement aux devoirs pour les jeunes en amont des entraînements de foot. 

Ces sessions sont encadrées par des encadrants du Five ainsi que des professeurs. "Le but de cette manœuvre", explique le co-fondateur,  "c’est que les enfants tirent le maximum de bénéfices de leur venue. Ainsi, on sait qu’ils vont être attirés par la qualité de nos infrastructures, mais l’on souhaite qu’ils repartent de chez nous en ayant fourni des efforts sur le terrain et en dehors" . L’organisme entend lutter, à travers ces aides, contre le décrochage scolaire dans lequel se retrouvent certains de ses jeunes adhérents. 

"On veut faire du foot la récompense après les devoirs pour leur permettre d’éviter le plus possible de se retrouver dans ces situations compliquées. Le but étant de leur faire comprendre que le foot n’est qu’une partie de ce qu’ils apprennent ici, l’autre partie concerne le développement de leur projet et de leur personnalité pour l’avenir" explique Joseph Vieville. Le Five est également partenaire de Priorité Enfance, une organisation qui vient en aide à des enfants dans des situations sociales et familiales compliquées. Ainsi, le Five accueille les enfants aidés par Priorité Enfance pour leur permettre de participer à des entraînements et les impliquer dans la vie locale.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport société déconfinement