• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Un rassemblement s'est tenu lundi soir à Bobigny pour dénoncer la relaxe des policiers

Rassemblement à Bobigny / © (AGNÈS COUDURIER / AFP)
Rassemblement à Bobigny / © (AGNÈS COUDURIER / AFP)

Plusieurs rassemblements étaient organisés en France ce lundi pour crier à l'impunité policière. A Bobigny, un rassemblement s'est tenu lundi soir pour dénoncer la relaxe des policiers.

Par Emmanuèle Bailly avec AFP

Lundi soir, les deux policiers poursuivis depuis 10 ans pour non-assistance à personne en danger après le drame de Clichy-sous-Bois étaient relaxés sous des cris de souffrance des familles présentes à l'annonce du jugement.





Zyed et Bouna : après la relaxe des policiers, la colère
A Bobigny en Seine-Saint-Denis) quelques centaines de personnes - 400 selon la police - se sont rassemblées lundi soir  pour dénoncer la relaxe des policiers.

Ce rassemblement de militants des quartiers populaires ou engagés contre les violences policières, qui a débuté vers 19H00 devant le tribunal, a été dispersé par la police deux heures plus tard, dans une ambiance "un petit peu tendue", a précisé une source préfectorale. Néanmoins, il n'y a eu aucun blessé, ni interpellations de manifestants, d'après cette source.

Une photo et une vidéo d'un journaliste qui circulent sur les réseaux sociaux depuis lundi soir témoignent de l'ambiance tendue. @detoushorizons journaliste pigiste à @LEXPRESS publie des photos sur Twitter







Une centaine de personnes se sont aussi rassemblées à Lyon, en criant "pas de justice, pas de paix" tandis que quelque 180 personnes ont manifesté dans le calme à Toulouse. Deux syndicats de policiers, Unsa et Unité SGP Police-Force ouvrière, se sont déclarés satisfaits quant à eux de la relaxe de leurs collègues. Ce jugement "laisse un immense sentiment de gâchis", a pour sa part estimé SOS Racisme.

La députée FN Marion Maréchal-Le Pen a estimé que la relaxe des deux policiers "prouvait" que "la racaille" avait mis "par plaisir" les banlieues françaises "à feu et à sang" tandis que la présidente du FN Marine Le Pen se bornait à saluer "une justice rendue".

>> Un rassemblement s'est tenu lundi soir à Bobigny pour dénoncer la relaxe des policiers, le reportage de Bruno Lopez
Un rassemblement s'est tenu lundi soir à Bobigny pour dénoncer la relaxe des policiers

 

A lire aussi

Sur le même sujet

ITW de Michel Cadiot, préfet de région

Les + Lus