SERIE. Au jardin de Jean-Marc, " faire avec et pas contre la nature"

Cette semaine, la rédaction de France 3 Île-de-France explore les tendances dans les jardins de la région. Premier épisode de cette nouvelle série dans le jardin de Jean-Marc Muller, l'un des pionniers du zéro pesticide.

Pas de produits phytosanitaires dans son jardin de Larchant (Seine-et-Marne) mais une macération d'orties maison et des coccinelles. Pour Jean-Marc Muller, retraité qui passe plusieurs heures par jour dans son repaire au milieu des champs, tout est question de respect de son environnement.

"Le but, c'est de faire avec la nature et pas contre la nature", souligne-t-il. Pour son potager, le jardinier compose donc avec ce que la nature lui offre et milite pour l'étendue de ces pratiques.

26 variétés pour préserver la biodiversité


En premier lieu, la diversité des espèces qui permet d'accroître la résistance de ses plants. En mai, période de mise en terre des tomates, il nous expliquait ainsi avoir planté pas moins de 26 variétés de tomates. Ainsi, "si on a une grosse attaque, peut-être que deux pieds de tomates vont être plus sensibles et vont disparaître, assure Jean-Marc, alors qu'on va en avoir deux ou trois qui vont être sauvegardés."

Il faut dire que le jardinier n'est pas tout à fait novice en la matière. Lauréat en 2007 du Concours national des jardins potagers, il est aujourd'hui membre du Conseil d'Administration (CA) de la Société Nationale d'Horticulture de France (SNAF).

► VIDEO. Premier épisode de notre série sur les jardins chez Jean-Marc Muller, à Larchant (Seine-et-Marne).



L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité