Le STIF teste un billet "spécial pollution", mais pour quoi faire ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Christian Meyze
© IP3Press/MaxPPP

Jusqu'à présent, les restrictions de circulation en cas de pic de pollution, déclenchaient automatiquement la gratuité des transports en Ile-de-France. Une mesure désormais considérée comme trop coûteuse. Le STIF met en place aujourd'hui un forfait pollution à 3 euros 80.

C'est la limite de la statistique et des chiffres "extrapolés" dont notre époque fait grande consommation.

Les six jours de pics de pollution du mois de décembre 2016 ont coûté environ 24 millions d'euros au STIF (Syndicat des Transports d'Ile-de-France, l'opérateur unique de nos transports publics). Une somme considérable donc, dans une époque où les besoins de financement des transports en commun n'ont jamais été aussi importants et où il est difficle de boucler les budgets.


La gratuité coûterait entre 60 et 80 millions d'euros par an


Le STIF estime que sur une année pleine, compte tenu des inévitables séquences de pollution qui vont survenir, la mesure de gratuité représentera au bas mot entre 60 et 80 millions d'euros. Un coût intenable, on le comprend bien.

Car le STIF estime la journée de gratuité à 4 millions d'euros. Et une question se pose : à quoi correspond ce chiffre ? Que représente-t-il ? Un prorata de recettes annuelles divisées par 365 jours ? Une estimation de la fréquentation supplémentaire du réseau ces jours là ? Le coût des rotations supplementaires qu'il faut mettre en place pour faire face aux restrictions de circulation ?

Car au vu de ce qui s'est passé en décembre, la hausse de fréquentation du réseau n'a semble-t-il guère dépassé les 5%. En d'autres termes, cela signifie que les jours de restriction de circulation automobile, tous les franciliens ne se précipitent pas forcément sur les bus, métro, RER ou Franciliens. Dès lors, là encore, on peut se demander si ce chiffre de 4 millions d'euros par jour recouvre une réalité. Et laquelle. Car la grande majorité des usagers franciliens qui utilisent les transports en commun le font avec un abonnement, un passe Navigo. Gratuité ou pas, leurs trajets sont payés d'avance dans l'abonnement et il n'est pas question de les rembourser. 


Connaître la hausse de fréquentation réelle


La mise en place d'un "ticket pollution" au tarif réduit de 3 euros 80 les jours de pics de pollution semble être davantage une réponse aux associations représentant les usagers qui faisaient justement valoir que la gratuité était une injustice à leurs yeux, puisqu'eux paient leur abonnement quoi qu'il arrive et ne bénéficient d'aucune gratuité ou remboursement. 

Néanmoins, la mise en place de ce billet exceptionnel, accessible partout et facilement, et qui permet de se déplacer sur toute l'Ile-de-France, toute une journée et dans la nuit pour les Noctiliens, aura au moins une vertu : il permettra de savoir, avec un peu plus de précision, combien d'utilisateurs occasionnels, franciliens ou touristes, engendre une journée de mesures de restriction de circulation automobile. Une première étape indispensable pour chiffrer de manière fiable, le coût d'une telle journée, gratuite ou pas.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.