62 maires franciliens demandent à Emmanuel Macron l'abandon du projet d'extension de Roissy

Un Boeing en maintenance à Roissy (illustration). / © JOEL SAGET / AFP
Un Boeing en maintenance à Roissy (illustration). / © JOEL SAGET / AFP

Une soixantaine d’élus d’Île-de-France ont écrit jeudi au président de la République pour réclamer l'abandon du projet d'extension de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, le Terminal 4. Un projet prévu pour 2037, synonyme de nouvelles nuisances sonores pour les riverains.

Par France 3 PIDF / AFP

Le projet d'extension est doté d'une capacité de 40 millions de passagers. 62 maires franciliens, deux présidents d'établissements publics territoriaux et le président du conseil départemental de Seine-Saint-Denis ont écrit jeudi une lettre à Emmanuel Macron pour demander l'abandon du futur Terminal 4, prévu par Aéroports de Paris pour 2037 à l'aéroport de Roissy. Le projet "aura pour conséquence une augmentation de 40 % du trafic aérien, 500 vols supplémentaires par jour (...) et une augmentation considérable des émissions de CO2", regrettent les élus.

Outre le "développement de l'activité économique et du tourisme" que pourrait certes apporter l’extension, le projet entraînerait "surtout une dégradation des conditions de vie des populations les plus exposées et fragilisées", d’après les élus. "Entre des perspectives de croissance hypothétiques et la protection du climat et de la santé de nos concitoyens, nous avons pour notre part choisi", affirment les signataires – parmi lesquels on trouve notamment la mairie de Paris et celles de nombreuses communes du Val-d'Oise avoisinant l'aéroport.
"Nous vous invitons, Monsieur le Président, à entendre la parole de celles et ceux qui vivent et travaillent depuis de nombreuses années dans ces villes, et sur lesquels nous faisons peser tout le poids de notre développement", poursuit la lettre.

Une extension synonyme de nouvelles nuisances sonores

Les travaux du T4 sont censés débuter au premier semestre 2021. D’après ADP, ce nouveau terminal doit répondre à la croissance du nombre de voyageurs et maintenir "l'attractivité" de Roissy, deuxième aéroport d'Europe. En 2019, 1 420 avions ont décollé et atterri chaque jour à Roissy ; un chiffre qui devrait connaître une hausse de 32 à 41 % en 2037, toujours selon ADP. Avec le T4, l'indicateur d'énergie sonore (IGMP) va ainsi augmenter de 66,7 à 75 pour un seuil réglementaire fixé à 100, d'après l'Autorité environnementale (AE).
Même s'il n'est pas contraint de le faire puisqu'il construit le terminal sur son propre terrain, ADP a mené une concertation publique qui a donné lieu à des débats houleux en Seine-et-Marne, dans les Yvelines, en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne, dans le Val-d'Oise, dans l’Oise et à Paris. Au total, 127 communes (dont 69 dans le Val-d'Oise, 47 en Seine-et-Marne et sept en Seine-Saint-Denis) dans le périmètre de l'aéroport de Roissy sont concernées par les nuisances sonores. Selon une étude 2019 de l'observatoire Bruitparif, les riverains des pistes d'aéroport perdent en moyenne deux ans et demi de vie en bonne santé, en France.

Sur le même sujet

Les + Lus