Fermeture d'un centre d’hébergement d’urgence à Argenteuil : "maintenant on erre dans la rue comme les animaux"

La région a déclenché le plan grand froid. Pour autant, tous les sans-abri ne se sentent pas protégés du froid. Dans le Val-d’Oise, la plus grande ville du département Argenteuil n’a plus aucun accueil de jour ou de nuit pour les hommes seuls depuis la fermeture du centre d’hébergement d’urgence municipal (CHU). Alors ils se débrouillent comme ils peuvent.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Darius logeait l'hiver dernier dans le centre d’hébergement d'Argenteuil. Depuis que le centre est fermé, il n'a nulle part où aller. “Il n’y a rien ici. Pour tout le monde, c’est terrible. Il y a plein de femmes qui sont dans la rue et qui dorment dans les parkings parfois”, explique-t-il.

Même détresse pour André qui regrette le centre d'hébergement d'Argenteuil qui lui permettait de faire une pause dans la journée et de boire un café. "Maintenant on erre dans la rue comme les animaux", confie-t-il.

Le centre d’hébergement d’urgence d'Argenteuil (CHU) a fermé définitivement ses portes cet été. Dix-huit personnes y dormaient et une centaine était inscrite pour pouvoir manger ou se laver dans la journée. La mairie a préféré transférer l’accueil des sans-abri à des associations financées par l’État dans d’autres communes. Cet hiver, à Argenteuil, plus aucune structure n’accepte les hommes seuls.

Elise et Tahar, deux Argenteuillais engagés, s’inquiètent pour les sans-abri de leur commune. Ils se sont battus cet été contre la fermeture du centre d’hébergement d’urgence. "La situation empire, malgré toutes les interventions qui ont été faites" déplore Elise. "Nous avons organisé des manifestations, des pétitions, un recours a été fait au tribunal administratif contre cette fermeture, mais ça n’a pas bougé d’un iota", explique-t-elle, dépitée.

Des élus de la circonscription d'Argenteuil en appellent au maire et à l’Etat pour trouver une solution. Paul Vannier, député LFI-NUPES du Val-d'Oise s'inquiète pour la santé des personnes à la rue alors que les températures sont très basses. "À Argenteuil l’hiver dernier, un SDF est décédé de froid dans la rue et je crains que cette année, un tel drame ne se reproduise."

"Depuis cet été, nous dénonçons la fermeture très brutale de ce centre qui accueillait 100 personnes en accueil de jour et 18 personnes en accueil de nuit", explique le député.

"J’ai encore interpellé le maire d’Argenteuil mardi pour lui demander de rouvrir de toute urgence le centre d'Argenteuil pour mettre à l’abri les personnes sans domicile fixe, il m’a répondu par une pirouette en évoquant l’ouverture d’un centre Emmaüs à Argenteuil. Mais ce centre accueille des familles et non pas des SDF et les personnes qui étaient autrefois accueillies par le CHU sont aujourd'hui livrées à elles-mêmes", dénonce Paul Vannier.