"Je me sens très, très heureuse" : à Sarcelles, des femmes atteintes de cancer du sein défilent

Publié le Mis à jour le
Écrit par ML

Dans le cadre d'Octobre rose, l'Institut de cancérologie Paris Nord de Sarcelles (Val-d'Oise) organisait un défilé de mode pour ses patientes en lutte contre le cancer du sein, accompagnées de personnels soignants. Une initiative pour éloigner le spectre de la maladie et renouer avec sa féminité. 

Patientes et médecins réunis pour offrir une bouffée d’oxygène. Dans le cadre d’Octobre Rose, l’Institut de Cancérologie Paris Nord, à Sarcelles (Val-d’Oise), organisait pour la deuxième année consécutive un défilé de mode dont des femmes atteintes de cancer du sein étaient les vedettes. Entre maquillage, vernis et coiffure, l’établissement veut créer l'opportunité de mettre la maladie de côté pendant deux heures.
 
« Je me sens femme, témoigne Martine, dont le cancer a été diagnostiqué au début de l’année. Malgré la maladie, malgré tout ce qui se passe. Parce qu’il y a quand même des traitements très, très lourds qu’il faut supporter. Merci à tous ces gens qui s’occupent de nous parce qu’on se sent revivre. »
 
Sarcelles : des femmes atteintes de cancer du sein mannequins d'un soir

Cette année, le personnel médical - aides-soignants, radiologues et médecins - s’est également laissé habiller. « C’était intéressant de pouvoir créer un lien avec les patientes différent de celui qu’on a habituellement, reconnaît Cyril Laporte, cancérologue. Un lien très formel, du médecin avec la patiente. Là, je me suis dit : « on va créer un autre esprit, une autre dimension dans la relation ». Je pense que ça va changer les choses quand on se reverra un peu plus tard. »
 

« Vivre, pour les femmes atteintes du cancer, c’est aussi mieux manger, se sentir belles, se sentir femmes, ajoute Marc Vaucher, directeur de l’Institut de cancérologie Paris Nord. Ce que leur apporte ce défilé, ce soir, c’est l’aspect psychologique de la maladie qui aide à guérir. » Une heure en lumière, et les résultats sont déjà là pour Claude. « Je me sens un peu libérée et très, très heureuse, sourit-elle. Vraiment heureuse. »
 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité