Cet article date de plus de 6 ans

Lassés des fausses urgences, les pompiers du Val-d'Oise sont en grève ce jeudi

Lassés d'être appelés pour des motifs futiles ou pour des raisons qui ne relèvent pas de l'urgence médicale. Le syndicat majoritaire des pompiers du Val-d'Oise a lancé un appel à la grève jeudi dans les casernes du département. Un rassemblement est prévu devant l'hôpital de Pontoise.
"Il nous est arrivé d'être envoyés pour un enfant qui ne voulait pas faire ses devoirs" et dont la mère ne parvenait pas à maîtriser la crise, ou pour prendre en charge un homme qui se plaignait d'une "douleur au pénis suite à une éjaculation", raconte le président de l'UNSA-SDIS 95, Jérôme François. "On doit intervenir pour du vrai secours, et on se retrouve à faire des choses qui ne sont pas des urgences", envoyés notamment par le Samu, regrette-t-il.

Les pompiers du Val-d'Oise effectuent quelque 6.000 transports par an, dont une partie croissante ne relèverait plus des urgences médicales mais serait "du ressort de l'ambulance privée ou du taxi".

Les pompiers, fonctionnaires territoriaux qui ont rallié à leur cause une partie du personnel hospitalier du département qui appelle également à la grève, protestent contre l'engorgement des services des urgences, les sous-effectifs et la dégradation des conditions de travail des secours en général.

La grève devrait toucher "toutes les casernes" du Val-d'Oise selon le syndicat, mais n'aura pas de conséquence sur le service, les pompiers étant généralement réquisitionnés lorsqu'ils se mettent en grève. Un rassemblement est prévu devant l'hôpital de Pontoise.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers mouvement social