Sécheresse : dans le Val-d'Oise, les cultures maraîchères mises à mal par l'interdiction d'arroser en journée

Publié le
Écrit par Tom Rousset avec FTV

Des agriculteurs du Val-d'Oise voient leurs rendements impactés depuis le début du mois de juillet en raison de la sécheresse. Un phénomène amplifié depuis qu'il leur est interdit d'arroser leurs cultures en journée sur décision de la préfecture du département le 22 juillet dernier.

Les temps sont durs pour les agriculteurs du Val-d'Oise. Le département est en proie depuis le début du mois de juillet à la sécheresse. Afin d'économiser les réserves en eau, la préfecture a imposé aux professionnels du secteur agricole de ne pas arroser leurs fruits et légumes en journée. L'irrigation des cultures est ainsi interdite entre 10h et 18h. "On nous enlève 8 heures d'arrosage sur 24. À cause de cela, il est impossible d'assurer les besoins de tout le terrain cultivable" , déplore Louis Thomassin, maraîcher à Puiseux-Pontoise, près de Cergy. 

L'agriculteur craint également que le manque d'aspersion ait un impact direct sur la qualité de ses produits et donc des répercussions économiques. "Parce qu'on est obligés de sacrifier certaines cultures, on aura des rendements moindres et des fruits de calibre inférieur" , constate ce gérant d'une ferme de 45 hectares.

Un impact sur le chiffre d'affaires 

Pour lui, il est primordial que les fruits et légumes qui poussent cet été se développent correctement pour la suite de l'année. Le chiffre d'affaires annuel de la ferme en dépend. "Ces produits-là seront récoltés en septembre et en octobre et cette période représente une énorme partie des recettes du verger" , explique-t-il.   

Des ressources en eau qui s'amenuisent 

Le manque d'eau au sein de ses cultures a un double impact pour le maraîcher. D'abord, certains fruits et légumes poussent plus tôt que d'habitude. "On a des courges habituellement  prêtes à l'automne qui sont déjà en pleine fleur et pour lesquelles la formation des fruits a commencée", indique-t-il. 

Deuxième problème, ses ressources en eau qui permettent l'irrigation s'amenuisent de jour en jour. "Notre bassin de rétention est presque vide. Il reste environ un mètre d'eau, ce qui correspond à trois jours d'arrosage", souligne-t-il amèrement.

Une situation difficile que la météo des prochains jours ne devrait pas faciliter puisque Météo France prévoit encore de fortes chaleurs dans les prochains jours sur toute la région.