Val-de-Marne - Une employée de la RATP découvre un abri antiaérien de la Seconde Guerre mondiale

En poussant une porte du centre bus de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), une employée de la RATP est tombée sur un abri datant de la Seconde Guerre mondiale. / © Isabelle Dupont - France 3 Paris - Île-de-France
En poussant une porte du centre bus de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), une employée de la RATP est tombée sur un abri datant de la Seconde Guerre mondiale. / © Isabelle Dupont - France 3 Paris - Île-de-France

La curiosité d'une agente de la RATP a permis de redécouvrir une pièce du passé. En poussant une porte du centre bus de Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), elle est tombée sur un abri datant de la Seconde Guerre mondiale, oublié de tous.

Par MT avec Isabelle Dupont

Dans le centre-bus, tout le monde connaissait l'existence de la "cave". Un endroit oublié, fermé à clef, et qu'une employée vient de redécouvrir.

"Ma curiosité m'a amené un jour à venir voir ce que c'était, de quoi il s'agissait. Alors là, stupeur, quand j'ai découvert cet endroit merveilleux. Son état de conservation est formidable, et j'ai voulu en faire profiter tout le monde", raconte Virginie Osset, responsable communication du centre bus de Créteil.

Un lieu aménagé à la fin des années 1930 pour servir d'abris anti-aérien pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces abris étaient devenus obligatoires sous les immeubles et les bâtiments collectifs.


Très bien conservé​


L'abri pouvait accueillir plus de 80 personnes pour se préserver des bombardements. Tout y est étonnamment bien conservé. "Un vélo servait à produire de l'électricité et à faire actionner la ventilation de l'abri. Il fallait tourner le plus vite possible et les cyclistes volontaires se relayaient sinon la lumière s'éteignait", explique Pierre Gillon, président de la société d'histoire et d'archéologie de Saint-Maur.

De nombreux anciens abris antiaériens ont été murés. La RATP voudrait préserver et valoriser celui-ci. "Il va d'abord falloir que l'on étudie ce lieu et que l'on fasse un diagnostic pour savoir comment et dans quelles conditions on pourrait éventuellement recevoir du public. Cela va prendre du temps et qu'il va falloir faire avec des gens dont c'est le métier. Cela prendra sans-doute quelques années", indique Eloi Le Mouël, responsable ingénierie culturelle et patrimoine à la RATP.

En attendant, un film pédagogique devrait permettre de faire redécouvrir cet endroit où ce sont écrits quelques moments d'histoire.

L'abris antiaérien en images

 

Sur le même sujet

Villeneuve-Saint-Georges : drame suite à l'intervention des pompiers.

Les + Lus