• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Val-de-Marne : le téléphérique est validé par la commission d’enquête publique

Visuel d'une station du téléphérique Téléval Câble A. / © Île-de-France Mobilités
Visuel d'une station du téléphérique Téléval Câble A. / © Île-de-France Mobilités

Le projet de téléphérique urbain qui reliera Villeneuve-Saint-Georges à Créteil, dans le Val-de-Marne, a été validé par la commission d’enquête publique, avec deux réserves toutefois. Une association anti-Téléval compte déposer un recours.
 

Par Sophie Maréchal

Plus de dix ans après le lancement du projet, le Téléval Câble A a été validé par la commission d’enquête publique. Le premier téléphérique urbain de la région parisienne, reliant Villeneuve-Saint-Georges à Créteil, devrait donc voir le jour à l’horizon 2024-2026, malgré deux réserves émises.En effet, la commission demande que le projet comporte un dispositif occultant la vision vers le bas. Cette réserve répond à la crainte des habitants de subir le regard des passagers. Deux solutions sont à l’étude : un dispositif de pellicule opacifiante, ainsi qu’un design de cabine spécifique évitant les coups d’œil indiscrets. La commission a également proposé d'installer un câble gainé afin de réduire le bruit du téléphérique.

17 minutes pour rejoindre Créteil depuis Villeneuve-Saint-Georges

La ligne du Téléval Câble A, longue de 4.5 km, devrait donc desservir les communes de Villeneuve-Saint-Georges, Valenton, Limeil-Brévannes, et Créteil. Le téléphérique a été pensé pour réduire le temps de parcours entre ces communes. En heures de pointe, le trajet ne devrait pas dépasser 17 minutes, contre 40 minutes en bus. Plus de 10.000 personnes par jour seraient susceptibles d'emprunter ce mode de transport.

La maire LR de Limeil-Brévannes a salué cette « excellente nouvelle pour ce projet essentiel » sur son compte Twitter. Le collectif anti-Téléval, l’association des Sarrazins du Sud Créteil devrait déposer un recours dès que possible, selon les informations du Parisien. « Les réserves sont insuffisantes, a déclaré Mathieu Beau, secrétaire du collectif, au quotidien. IDF Mobilités nous avait indiqué que l'opacification était un dispositif erratique. Et nous n'avons aucun retour d'expérience sur les câbles gainés. »
Prochaine étape du projet : le maître d'ouvrage devra délibérer sur les réserves émises par la commission d'enquête publique. La décision pourrait être prise au prochain conseil d'administration d'Île-de-France Mobilités en octobre, selon les informations du Parisien. Un appel à candidature devrait ensuite être lancé avant la fin de l'année.

A lire aussi

Sur le même sujet

150 migrants évacués du parc de la Villette, où ils campaient « pour être visibilisés »

Les + Lus