Attaque de loups au zoo de Thoiry : la victime dépose plainte contre le parc

La victime grièvement blessée par des loups dans le zoo de Thoiry a porté plainte. C’est ce que précise son avocate, ce jeudi 27 juin. Elle invoque des "manquements à une obligation de sécurité". De son côté la direction du parc animalier affirme "coopérer avec les autorités".

La procureure de la République de Versailles (Yvelines) a ouvert une enquête pour "blessures involontaires", à la suite de cette attaque. Cette femme de 37 ans a été mordue par trois loups, dans une zone normalement interdite aux piétons.

La victime a été hospitalisée en urgence absolue. À présent, elle est désormais dans un état stable. Toutefois, elle n'est en mesure de s'exprimer en raison d'une blessure au larynx, a précisé son avocate auprès de l'AFP, Cosima Ouhioun.

La mère de famille était venue au parc de Thoiry avec sa mère et son fils de 2 ans. Elle dit avoir pris toutes les précautions nécessaires, avant de faire son jogging au sein du zoo.

Des indications et des panneaux dans le parc

Dans un compte-rendu remis mercredi à la brigade de gendarmerie de Mantes-la-Jolie, la victime raconte être arrivée à Thoiry samedi en fin de journée et avoir séjourné dans un "loudge", un logement situé "au cœur du vaste massif des loups blancs", selon le site du zoo. Le lendemain matin, avant son départ prévu à 10h00 et après son petit-déjeuner, elle a souhaité aller courir. La victime assure qu'un ranger lui avait confirmé la veille au soir que cela ne présentait pas de danger et que les animaux se trouvaient dans des enclos.

La trentenaire affirme avoir suivi une piste goudronnée jusqu'à parvenir au niveau du "safari américain" du zoo, sans rencontrer d'indication claire que des animaux puissent se trouver en liberté. La joggeuse explique avoir seulement croisé un panneau vert avec du texte, mais sans la moindre signalétique laissant penser à une interdiction du périmètre pour les piétons.

Selon la présidente et directrice générale de Wow Safari Thoiry, Christelle Bercheny, ce type de pancartes rappelle "les règles de survie" à suivre dans le parc.

La responsable a aussi évoqué la présence de "plaques électrifiées qui limitent l'accès de sortie des animaux", mais "n'interviennent pas sur l'être humain". Peu après avoir passé le panneau vert qu'elle a pris pour une pancarte pédagogique, la femme a aperçu un ours sur sa gauche et un loup sur sa droite. Malgré sa tentative de rester calme, de garder un contact visuel et de battre en retraite, elle s'est fait repérer par le loup, qui l'a suivie et attaquée aux mollets. Deux autres loups ont rejoint le premier et ont mordu la victime aux cuisses et au dos, la faisant chuter, puis l'ont attaquée au cou et ont attrapé ses cheveux.

La joggeuse rapporte avoir été secourue par un soigneur qui se trouvait au niveau des "loudges" et l'a entendue hurler. Elle a été prise en charge par les pompiers et le SAMU.

Procédure judiciaire en cours

La victime a déposé plainte ce jeudi 27 juin, en espérant que "son cas serve à établir des standards suffisants en matière de sécurité dans ce parc animalier pour que plus jamais cela ne se reproduise", a déclaré son avocate, Cosima Ouhioun. De son côté, le parquet de Versailles n'a pas communiqué d'éléments nouveaux sur l'enquête.

Le zoo de Thoiry a indiqué dimanche 23 juin avoir ouvert une enquête interne pour "analyser l'ensemble des circonstances qui ont pu conduire à cet accident". Tout en assurant "faire de la sécurité des visiteurs, des équipes et des animaux la priorité", le parc animalier précise n'être à ce stade en possession "d'aucun élément" concernant une éventuelle défaillance technique ou humaine.

Nous avons contacté le parc animalier, ce jeudi : la direction "ne souhaite pas s'exprimer", mais assure dans un communiqué "coopérer" avec les enquêteurs. Elle déclare "laisser faire les autorités". 

LIRE AUSSI ► Attaque de loups au zoo de Thoiry : 3 questions à Bertrand Sicard, président du FERUS, l'association nationale pour la défense des grands prédateurs

Ce genre d'attaques dans les parcs animaliers "n'est pas fréquent, mais cela arrive régulièrement", rappelle un spécialiste que nous avons interrogé, il y a quelques jours.

Nos confrères de franceinfo, en 2015, ont rappelé que les loups fuient l'homme "en règle générale".

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité