Concert néonazi à Saint-Cyr-l'Ecole, la maire a saisi la justice

Ce n’est pas une fête d’anniversaire qui s’est tenue dans la soirée du samedi 6 mai à Saint-Cyr-l’Ecole. Selon les révélations de Médiapart, des militants de la droite la plus extrême auraient fini leur traditionnelle journée de manifestation dans la salle des fêtes de cette commune des Yvelines. La maire, qui se dit flouée, a saisi la justice.

Samedi 6 mai le cortège composé d’individus cagoulés ou masqués tenant drapeaux noirs et croix celtiques traverse les rues de la capitale en mémoire d’un militant d'extrême-droite mort il y a 30 ans. La manifestation organisée par le groupuscule C9M (Comité du 9 mai) était autorisée et n’était pas une première dans la capitale. Et comme à chaque fois, il s’est terminé par un concert néonazi avec des groupes de musique dont les textes, les symboles sans équivoque prônent les idéologies les plus extrêmes. D'après l'enquête de Mediapart  la fête a eu lieu à Saint-Cyr-l’Ecole dans la salle municipale qui porte le nom de Simone Veil, ancienne ministre la santé, députée européenne et rescapée de la Shoah.

Saluts nazis, propos antisémites et islamophobes

Pourtant selon Sophie Brau, maire UDI, qu’une équipe de France 3 Ile-de-France a rencontré, la soirée et le concert n’ont pas été déclarés comme tels. La personne qui a passé l’appel déclarait vouloir organiser une fête d’anniversaire. « Nous louons une salle des fêtes comme toutes les villes de France pour des anniversaires, des baptêmes pas dans des cadres politiques, en tout cas ce n’est pas ce qui était déclaré sur la demande de location de salle. L’objectif c’était un anniversaire pour 250 personnes, ce qui est parfaitement dans les clous par rapport à la salle. » Tous les papiers nécessaires à la location ont été fournis et en règle, alors difficile de soupçonner une telle soirée. 

Informée par un journaliste lundi soir, et après avoir consulté des photos sur lesquelles elle a bien reconnu les locaux, Sophie Brau, se dit choquée : « Il est évident que moi et l’équipe municipale au grand complet, majorité et opposition, nous condamnons et nous sommes en colère. C’est une idéologie qui n’a pas sa place dans une république, dans une démocratie » et elle ajoute « 

Je suis touchée que le nom de la salle n’ait pas un peu posé de problème aux personnes pour organiser ce genre de concert.

Sophie Brau, maire UDI de Saint-Cyr-l'Ecole

Le député France Insoumise des Yvelines William Martinet a lui aussi réagi et interpellé Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Un signalement auprès de la procureure de Versailles

Sophie Brau se dit flouée et a saisi la justice, elle s'explique : «Je n’ai pas déposé plainte, j’ai déposé un article 40-1 auprès du procureur de la République avec l’ensemble des éléments qui étaient à ma disposition pour que le procureur puisse qualifier l’affaire. » En effet cet article du Code de procédure pénale oblige toute autorité constituée d’informer la justice de délits dont elle aurait connaissance.

La salle municipale est située dans un quartier récemment sorti de terre. Les quelques riverains qui n’étaient pas partis en vacances ou en week-end prolongé se sont plaint du bruit mais n’ont rien remarqué de particulier.

Comment faire pour que les élus ne retrouvent pas dans une telle situation alors que des concerts néonazis sont régulièrement interdits. Selon Sophie Brau « il va falloir que cela fasse l’objet d’une réflexion entre nous de savoir si on continue de faire de la location de salle ou pas puisque le risque est énorme. Soit on respecte la loi, et c’est ce que l’on a fait et vous avez ce risque, soit on part dans d’autres modes de vérifications.

C'est désormais à la procureure de Versailles de décider des suites judiciaires à donner à cette affaire.