Face à la mer de déchets dans la plaine de Carrières-sous-Poissy, des habitants disent stop

Un habitant de Carrières-sous-Poissy a lancé une pétition pour interpeller les élus et l'État, dans l’espoir de voir disparaître l’immense décharge sauvage dans la plaine de Chanteloup.

5000 tonnes d'ordures amoncelées, cinq hectares de détritus, et les années qui passent. Alban Bernard, un habitant de Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines, vient de lancer une pétition contre la mer de déchets qui envahit la plaine de Chanteloup.

Le reportage à Carrières-sous-Poissy, de Valentine Ponsy et Mustapha Tafnil ►

Depuis qu’il a découvert l'ampleur du désastre il y a quelques mois, et même après l'expulsion des campements illégaux autour de la décharge, rien n'a changé. Face à une situation qu’il juge intolérable, Alban Bernard veut interpeller le ministre de l'écologie Nicolas Hulot :

Quand on habite sur Carrières, on est obligé de fermer les portes et les fenêtres l’été… Pour moi, il est grand temps que ça cesse, il faut faire quelque chose, tout de suite. On ne peut plus attendre. Ca fait déjà dix ans qu’on attend.

 

L'équivalent de sept terrains de football

Pour nettoyer la plaine, située à cheval sur trois communes, le chantier s’annonce titanesque. « On a du plastique, on a du verre, on a peut-être même de l’amiante, explique le maire de Carrières, Christophe Delrieu. Il faudra un traitement spécifique pour ça. »Selon lui, les services de la région, du département et de la préfecture sont mobilisés, mais entre le tri nécessaire des déchets, et la sécurisation des lieux pour éviter de voir renaître la décharge, l’opération s’annonce lente :

On est partis pour plusieurs années de nettoiement, ça c’est sûr.


La remise en état de cet espace naturel aura aussi un coût, pour l'instant estimé à un million d'euros.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité