Mantes-la-Jolie : sur les 151 jeunes interpellés, au moins deux tiers écopent d'un rappel à la loi

Des images montrant des interpellations de masse de jeunes à Mantes-la-Jolie, jeudi 6 décembre, ont créé la polémique en plein mouvement des gilets jaunes. Elles font suite à des incidents devant le lycée Saint-Exupéry, situé dans la ville. / © CÉLINE AGNIEL / AFP
Des images montrant des interpellations de masse de jeunes à Mantes-la-Jolie, jeudi 6 décembre, ont créé la polémique en plein mouvement des gilets jaunes. Elles font suite à des incidents devant le lycée Saint-Exupéry, situé dans la ville. / © CÉLINE AGNIEL / AFP

Au moins deux tiers des 151 jeunes interpellés ce jeudi 6 décembre près d’un lycée de Mantes-la-Jolie, dans des conditions controversées, ont écopé d’un rappel à la loi. Mais la procédure se poursuit pour 23 autres.

Par France 3 Paris IDF

Après la polémique, place aux conséquences judiciaires. Sur les 151 jeunes interpellés jeudi près d’un lycée de Mantes-la-Jolie, au moins deux tiers d’entre eux ont écopé d’un rappel à la loi.
Au total, le parquet de Versailles a indiqué avoir géré 189 gardes à vue, entamées jeudi dans les Yvelines : soit 151 à Mantes-la-Jolie et 38 autres gardes à vue liées à d’autres incidents dans le département.
 

18 procédures classées sans suite et 23 jeunes toujours concernés

Et, sans toutefois donner précisément les lieux d’interpellation, le parquet explique que sur ces 189 personnes interpellées, 142 se sont vus notifier un rappel à la loi. Concrètement, cette mesure signifie que le procureur rappelle les obligations légales et les risques encourus à la personne mise en cause, si elle ne respecte pas la loi.

L’interpellation des 151 jeunes à Mantes avait provoqué une importante polémique médiatique, suite à la diffusion d’une vidéo montrant des dizaines de jeunes agenouillés, les mains sur la tête.
Pour le reste des personnes interpellées jeudi, 18 procédures ont été classées sans suite pour infraction insuffisamment caractérisée. Par ailleurs, si l’ensemble des gardes à vue ont été levées vendredi selon le parquet, la procédure se poursuit pour 23 jeunes, devant le juge pour enfants.
 

Sur le même sujet

Les + Lus