• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Yvelines – De vrais combats de chevaliers, avec amure et épée comme au Moyen Âge

Le Béhourd est une discipline sportive qui reproduit les combats de chevaliers d'antan. / © Jean-Philippe Lemaire - France 3 Paris - Île-de-France
Le Béhourd est une discipline sportive qui reproduit les combats de chevaliers d'antan. / © Jean-Philippe Lemaire - France 3 Paris - Île-de-France

Retour vers le Moyen Âge. A Carrières-sous-Poissy dans les Yvelines, il est possible d'assister ce dimanche 3 mars à des combats de chevaliers en salle. Des duels qui illustrent une vraie discipline sportive. 

Par Louise Simondet avec MT

Bienvenue en l'an 1350. À cette époque, quand les chevaliers n'étaient pas sur les champs de bataille, ils s'entraînaient. C'est ce qui a donné l'idée de cette discipline, originaire des pays de l'est : le Béhourd.

Emmanuel Legrand et Antoine Bernal sont frères d'armes dans le même club à Paris, mais l'espace d'un combat ils seront rivaux.

"Le sport s'est adapté aux exigences modernes, mais l'esprit reste là. On vient pour combattre ensemble, être dans la bonne humeur", explique Antoine Bernal.

"On ne risque pas de mourir, il y a un faux tranchant de 2 millimètres et les bouts sont arrondis, contrairement à historiquement où les bouts étaient tranchants avec la pointe aiguisée. Ici, cela reste un sport", ajoute Emmanuel Legrand.
De vrais combats, avec amure et épée comme au Moyen-Âge
Intervenants : Antoine Bernal, Membre Salle d'Armes - Escrime ancienne de Paris 9ème; Emmanuel Legrand, Membre Salle d'Armes; Laurie Schmitt, Membre Salle d'Armes; Thomas Chariot, Prévôt d'armes, Salle d'Armes. - France 3 Paris - Île-de-France - Louise Simondet, Jean-Philippe Lemaire et William Sabas.
 

Des armures qui peuvent peser jusqu'à 30 kg

Un sport tout de même violent. Alors pour se protéger, les chevaliers s'équipent d'une armure. Jusqu'à 30 kilos selon la corpulence, qui vaut plusieurs milliers d'euros. Et sur la lice, la zone d'assaut, on y trouve des combattants, mais aussi des combattantes.

"C'est beaucoup de techniques, comme savoir bien respirer, savoir porter les coups au plus efficace, pour ne pas avoir les armes à bout de bras tout le temps", raconte Laurie Schmitt, Membre de la salle d'arme d'escrime ancienne de Paris (9e).

En Île-de-France, quatre clubs pratiquent cette discipline, en plein essor.
 

Sur le même sujet

À Poissy, les habitants disent non au maintien de la prison en centre-ville

Les + Lus