Nantes : des affrontements unanimement condamnés

Des affrontements dans les rues de Nantes entre radicaux anti-aéroport et forces de l'ordre le 22 février 2014 / © Fabiebnne Béranger, France 3 Pays de la Loire
Des affrontements dans les rues de Nantes entre radicaux anti-aéroport et forces de l'ordre le 22 février 2014 / © Fabiebnne Béranger, France 3 Pays de la Loire

Après les violences et dégradations commises depuis le début d'après-midi dans le centre-ville de Nantes, les réactions affluent pour condamner ces actes.

Par Fabienne Béranger

Patrick Rimbert, le maire de Nantes, estime "inacceptable que certains s'en prennent aux biens voire aux personnes, les forces de l'ordre en l'occurence, pour manifester leur projet d'aéroport. La violence est par essence inacceptable de même que les dégradations de notre bien commun..."
Le maire de Nantes a annoncé au micro de nos confrères de France Bleu Loire Océan, qu'il portait plainte contre les organisateurs de la manifestation.

Si EELV, présent dans le cortège, s'est félicité du succès de la manifestation, en revanche le mouvement écologiste a condamné "les dégradations et les actes de violences en marge de la manifestation".

Pour les pro-aéroport des Ailes de l'Ouest, "malheureusement cette violence était prévisible. l'Acipa qui est la vitrine légale des zadistes cautionne l'action des altermondialistes et des squatteurs. Ce n'est plus acceptable" estime son président Alain Mustière.

Manuel Valls, le ministre de l'intérieur déplore qu' "un certain nombre d'individus se soient livrés à des exactions et des violences intolérables : cocktails molotovs, pavés, boulons sur les forces de l'ordre (... ) je regrette que cette manifestation se soit transformée en véritable guérilla urbaine échappant au contrôle des organisateurs"

Sur le même sujet

Gesvre : une famille d'artistes hors norme les Poincheval

Les + Lus