VIDÉO. FC Nantes : La très belle opération des Canaris à Nice

Le FC Nantes a décroché sa troisième victoire de la saison en déplacement, en surprenant (2-1) une équipe de Nice trop friable et qui cale, mercredi en match en retard de la 9e journée de Ligue 1, reporté en raison de fortes pluies.

© Maxppp
La flamboyante équipe de Nice (cinq victoires et 26 buts marqués) s'est refroidie : elle n'a pris qu'un point sur ses trois derniers matches. Tous les buteurs de la soirée ont inscrit leur premier but de la saison : Alexis Alegue (11è) et la recrue Kolbeinn Sigthorsson (70è) pour les Canaris, Romain Genevois (42é) pour les Niçois.

Comme le 3 octobre, où le match avait été reporté en raison de fortes pluies tombées sur la région, Nantes a ouvert la marque très vite. Dangereux sur leurs rares ballons dans l'entame, les Canaris tiraient profit du pressing adverse très allégé et d'un placement défensif élastique à l'image du jeune attaquant camerounais Alegue, 19 ans le 23 décembre, qui fêtait sa première titularisation en reprenant victorieusement du gauche le centre d'Iloki (0-1, 11é).

L'ouverture du score n'avait pas effacé le manque criant de réalisme offensif du FCN. Iloki hésitait, et le gardien azuréen remportait son duel (31). Le même Hassen récidivait sur sa ligne peu après sur la tête piquée de Vizcarrondo.

Sigthorsson enfin

Nice accélérait, et parvenait à égaliser sur un nouveau coup franc de son étoile.A la lutte avec Bodmer, Vizcarrondo prolongeait involontairement au premier poteau où Romain Genevois, de retour après cinq mois d'absence sur fracture, surgissait (1-1, 42). Le défenseur portait ainsi à 13 le nombre de buteurs Niçois, soit plus qu'aucun autre club de L1. La volonté azuréenne d'aller de l'avant se renforçait au retour des vestiaires, mais ni Germain bousculé dans la surface par Sabaly (56), ni A. Mendy (but refusé justement pour hors jeu 62e) ne pouvait la concrétiser.

Dans une rencontre animée et rythmée, Nice s'exposait aux combinaisons adverses. Sur celle amorcée par Alegue et Iloki, l'attaquant international islandais Kolbeinn Sigthorsson, dans les 6 mètres, ouvrait (enfin) son compteur but en reprenant le centre fort de Bammou (1-2, 70), après douze matches à blanc.

Nantes grimpe à la 7e place et Nice (8e) semble rentrer dans le rang après un mois d'octobre euphorique.

Les réactions des entraîneurs après la rencontre​

Michel Der Zakarian, entraîneur de Nantes : "Une belle victoire à Nice avec la manière. On s'est fait un peu peur alors qu'on aurait pu mener deux, voire trois à zéro après une demi-heure de jeu. On n'a pas été assez juste dans nos actions. Le but concédé sur coup de pied arrêté nous a fait un peu
mal à la tête. On peut l'éviter avec un peu plus de malice. Sur le coup, on a défendu trop bas. Je pense que même si Genevois ne touche pas le ballon, il serait rentré. Mais on est bien revenu. On avait décidé d'aller prendre les Niçois haut et on l'a bien fait. Le contenu de notre match est bon. Nous avons fait preuve de justesse à la sortie du ballon. Chaque rencontre a sa vérité. Le trois octobre, Nice était en pleine bourre et les conditions climatiques étaient dantesques. Le jeu niçois est sans doute un peu moins rayonnant aujourd'hui. Notre adversaire est un peu plus dans le doute. Le gamin (Alexis Alegue) a réussi une belle soirée. Premier match avec les pros, premier but et il est dans le coup sur le second but. Et Kolbeinn
Sigthorsson a livré une bonne heure et quart, compte-tenu de son début de saison perturbé par des blessures. Il a su tenir le ballon, en gagner de la tête. J'espère que ce but le mettra en confiance."

Claude Puel, entraîneur de Nice : "Je suis passé par toutes sortes de sentiment. Nous avons eu du mal à lancer le match, à faire les efforts à la perte du ballon. On a alors pris des vagues sur contre-attaque. On a trouvé un second souffle et on a ensuite bien ré-entamé la seconde période, avec de la qualité et des possibilités. On prend un second but, contre le cours du jeu à mon avis, qui nous fait mal. On a commis des approximations par manque de fraîcheur qui nous ont empêchés de développer notre jeu. Un point en trois matches, on peut dire que la machine est enrayée. Je ne suis pas inquiet
sur le moyen et long terme, plus sur le court terme. Notre jeu est très exigeant et il s'est appuyé sur un petit nombre de joueurs. J'espère que petit à petit, nous allons récupérer tout notre effectif, avec un volume de jeu plus important. Il faut s'accrocher dans les moments difficiles. Nous avons un match important à jouer dimanche à Marseille avant la trêve internationale."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fc nantes football sport ligue 1
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter