Coronavirus et 1er mai à Rezé : être présent quand même pour évoquer les luttes du moment

C'est la première fois depuis la seconde guerre mondiale que le premier mai, fête des travailleurs devenue fête du travail, se fait sans rassemblement ni défilé. Mais pour certains, il n'était pas question de rester sans rien faire. A Rezé, près de Nantes, ils étaient une douzaine sur un rond-point.

On est loin des grands défilés du 1er mai traditionnel mais les revendications sont bien là.
On est loin des grands défilés du 1er mai traditionnel mais les revendications sont bien là. © France Télévisions Olivier Quentin
Le temps est au crachin et à l'interdiction des rassemblements. Mais ils sont une douzaine dont la motivation n'a pas pas été entamée.

Syndicalistes, retraités, militants politiques, ils ont tenu à faire un 1er mai quand même. Parce que la situation sanitaire actuelle souligne aussi les dysfonctionnement de nos sociétés.

Pas de défilé ni de banderolles mais des petits panneaux plantés sur le rond-poind de la Place de la Renaissance à Rezé, au sud de Nantes.
Des revendications habituelles et puis d'autres plus liées au contexte actuel.
Des revendications habituelles et puis d'autres plus liées au contexte actuel. © France Télévisions Olivier Quentin
Des références au réchauffement climatique, aux salaires des soignants, à la relocalisation de l'économie.

"Nous avons fait nos panneaux que nous aurions pris si nous avions fait notre défilé du 1er mai explique ce retraité, et nous avons mis nos panneaux tout autour du rond-roint pour que les automobilistes voient le défilé du 1er mai organisé par des Rezéens."
Pas de défilé mais des panneaux posés sur un rond-point à Rezé.
Pas de défilé mais des panneaux posés sur un rond-point à Rezé. © France Télévisions Olivier Quentin
Ils ont tous rempli leur attestation de déplacement dérogatoire, au motif pour certains de la promenade quotidienne dans le périmètre de 1 km autour du domicile, pour d'autres c'était la sortie pour faire des courses car ils sont allés auparavant sur le marché tout proche qui se tient sur la place... du 8 mai. Et ils ont respecté 1 mètre de distance entre chacun. Et malgré les contraintes accumulées, ils sont restés chacun une heure, l'heure réglementaire, pour faire quand même le 1er mai. Ce ne sera pas le plus festif ni le plus fréquenté mais ils s'en souviendront.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société social économie