Génération Senior : on manque de places d'hébergement pour les seniors handicapés

Jérôme vit aujourd'hui chez sa sœur Marie-Josée en attente d'un hébergement permanent
Jérôme vit aujourd'hui chez sa sœur Marie-Josée en attente d'un hébergement permanent

Que faire quand on a un enfant handicapé mental et que l'âge venant on ne se sent plus capable de s'en occuper ? Aidant et aidé vieillissent ensemble mais arrive le moment où la vie commune n'est plus possible. Et les places d'hébergement manquent terriblement. Témoignage près de Nantes

Par Olivier Quentin

L'espérance de vie a augmenté. Une bonne chose. Mais il faut l'assumer et pour tous. On évoque souvent le boom des seniors, et parmi ces têtes grises il y a les seniors handicapés mentaux qui sont également plus nombreux notamment dans une région comme les Pays de la Loire qui attire de plus en plus de monde. On se trouve donc devant des situations difficiles, avec une famille composée de deux retraités qui ont à leur charge un adulte handicapé mental. Tout ce petit monde prend de l'âge et le quotidien devient lourd à assumer. L'Adapei, association qui accompagne en Loire-Atlantique les familles de déficients mentaux, gère ainsi une longue liste d'attente de personnes qui demandent une place en hébergement permanent. Parce que la famille ne peut plus les assumer.

>> VIDÉO. La chronique Génération Senior du 2 juin

Génération Senior 2 juin 2016
Marc Marhadour est le Directeur Général de l'Adapei en Loire-Atlantique. "J'aimerais dire aux familles qui nous sollicitent pour une place d'hébergement que nous avons une solution dès demain. Mais la réalité c'est que le temps d'attente peut parfois atteindre quatre ou cinq ans." 150 dossiers sont attente de trouver une solution actuellement sur son bureau.

Déficience intellectuelle, autisme, trisomie, le phénomène du vieillissement de cette population handicapée n'a pas été anticipé et le nombre de place est très insuffisant malgré un gros effort de rééquilibrage en Loire-Atlantique, département longtemps à la traine sur cette question. "L'hébergement est une solution parmi d'autres, ajoute Béatrice Loppion, directrice-adjointe personnes âgées personnes handicapées au Conseil Départemental. Il faut y ajouter les familles d'accueil, les aides au maintien à domicile, l'hébergement dans un foyer n'est pas la solution unique et idéale." 

Le Conseil départemental va tout de même créer 20 places supplémentaires d'ici la fin 2017.

Jérôme n'a pas le même rythme que nous..."


A Saint-Aignan de Grand lieu, Marie-Josée et Jean-Luc ont pris chez eux le frère handicapé de Marie-Josée. Jérôme a 52 ans. Il vivait auparavant chez sa maman mais elle est décédée. Marie-Josée et son mari ont donc pris le relai, le reste de la famille vient en soutien de temps en temps et toutes les décisons concernant Jérôme se prennent collectivement. Mais il y a deux ans, Marie-Josée a été victime d'un AVC qui lui laisse aujourd'hui des séquelles physiques. Elle a du mal à se déplacer. Il est donc devenu indispensable de trouver une place pour héberger Jérôme.

"Nous nous apercevons qu'en vieillissant Jérôme n'a pas le même ryhme que nous, il n'aime pas sortir et il faut être patient avec lui " explique Marie-Josée qui rend hommage aux efforts que fait Jean-Luc pour s'occuper également de son beau-frère handicapé. Ils savent qu'ils vont peut-être devoir attendre encore longtemps une solution. Pour le moment, ils soufflent un peu grâce à l'hébergement temporaire. 90 jours par an. C'est toujours ça. Et Jérôme aussi apprécie ces périodes passées au foyer Adapei où il a pris ses habitudes.

A lire aussi

Sur le même sujet

L'éléphant de Nantes en maintenance

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne