Amoureux et confinés : comment vivent-ils leur histoire ?

En periode de crise sanitaire, les couples s'adaptent tant bien que mal à des situations inédites comme les confinements successifs.

Les sorties entre amoureux sont limitées à un périmètre de 10km, entre 6h et 19h.
Les sorties entre amoureux sont limitées à un périmètre de 10km, entre 6h et 19h. © Canva

Pas facile d'être amoureux en période d'épidémie ! Les confinements successifs et les règles sanitaires sont autant d'épreuves que les couples doivent surmonter depuis maintenant plus d'un an. 
 

Séparation ou rapprochement ?

Avec les restrictions de déplacement, certains se retrouvent séparés de leur cher et tendre. "L’annonce du troisième confinement n’a pas été une surprise, sauf que ma relation est récente, je me suis donc demandée comment ça allait se passer, si notre histoire allait survivre à l’éloignement", raconte Pascale, qui habite à Nantes. Son ami réside bien au delà des dix kilomètres autorisés, aux Sables-d'Olonne. Malheureusement pour eux, pas de case "visite amoureuse" sur les attestations de déplacement dérogatoire !

Pas question pour le couple de rester séparés le temps du confinement, ils préfèrent prendre des risques : "On a prévu de se voir, forcément on est dans l’illégalité mais je pense qu’on n’est pas les seuls. Tant pis, on assume le risque de se prendre une amende". Ils s'exposent à une amende de 135€, et 200€ en cas de récidive dans les quinze jours. Après 3 infractions en 30 jours,  la sanction est de 3 750 € et 6 mois d'emprisonnement. C'est pourquoi le couple préfère rester prudent : s'ils se font arrêter une première fois, ils "rester[ont] confinés chacun chez [eux] en attendant la fin du confinement".

Les contraintes géographiques ont aussi encouragés certains à se rapprocher. C'est le cas de Fabienne, Nantaise, en couple depuis six mois avec une Quimpéroise, qui s'est installée à Nantes le temps de ce troisième confinement. Elle vivent très bien cette période particulière : "Pour nous c’est une aubaine. Je télétravaille généralement le matin, et le reste de la journée on s’accorde du temps ensemble : on va se promener, on fait du sport, on lit énormément… On a une bulle de liberté indéniable".

Pour Evelyne Dillenseger, sexologue, thérapeute de couple et membre du syndicat national des sexologues cliniciens, de nombreux jeunes couples envisagent le confinement de manière positive. "Les couples qui viennent de se rencontrer sont heureux d’être ensemble et profitent du confinement pour faire connaissance", explique t-elle. 

Se supporter au quotidien

Pour les amoureux déjà installés, la période peut s'avérer plus difficile. La cohabitation dans un espace restreint peut être mal vécue à la longue. "Il n’y a pas d’échappatoire, moins de vie sociale et culturelle. On ne se retrouve pas le soir avec plaisir quand on se voit non-stop", ajoute la sexologue, qui remarque également une lassitude face à un laisser-aller, dans des situations de télétravail ou de chômage partiel :  "La séduction est essentielle dans le couple. Attention à ne pas traîner en jogging toute la journée. Le laisser-aller est un tue l'amour et met votre couple en danger".

Face aux jours qui s'enchaînent et se ressemblent, les nerfs sont mis à rude épreuve. "La crise sanitaire accentue notre stress, nos tensions, nos inquiétudes et notre anxiété", remarque Evelyne Dillenseger.

Son conseil pour surmonter les épreuves conjugales liées à la crise sanitaire ? "Prendre du recul face à la situation du Covid. Patientez et restez zen, cette mauvaise période a une fin. Faites du sport pour évacuer votre stress. Voyez vos amis, votre famille sans votre partenaire. Profitez pour sortir chacun de votre côté, vous aurez ainsi matière à échanger".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
psychologie santé société