Arbres, parcs, canopées... Nantes ajoute plus de nature dans la ville

Plus d'arbres, plus d'espaces verts et une meilleure infiltration de l'eau de pluie : c'est ce que promet la ville de Nantes. L'équipe municipale se fixe de désimperméabiliser 7 hectares de terrains, d'ici 2026. Opération réussie pour 4,6 hectares, selon la commune. Elle veut aller plus loin encore.

Plus de nature, moins de bitume. C'est l'objectif que veut poursuivre la ville de Nantes (Loire-Atlantique). Elle veut notamment créer une nouvelle promenade de l'Erdre à la Loire. Cela passe, par exemple, par la plantation d'arbres, ou la création de parcs supplémentaires.

Depuis 2020, elle visait la création de 7 hectares désimpérméabilisés. À présent, plus de la moitié a été transformée. Ce qui pousse l'équipe municipale à porter l'objectif plus haut encore, à 14 hectares désormais.

Une opération qu'elle juge nécessaire, pour faire face entre autres aux conséquences du réchauffement climatique.

Trois opérations-clés

La ville de Nantes veut agir fort, d'abord avec cette nouvelle promenade urbaine qui relie l'Erdre et la Loire. Dans cet espace, le parking Duchesse Anne vivra une nouvelle vie, en tant que jardin. À la clé, un passage de 1 000 à 2 900m2, pour ce qui est de la surface plantée. L'équipe municipale évoque une "continuité écologique" du Bassin Ceineray, des cours St-Pierre - St-André, jusqu'à l'écluse Saint-Félix. C'est l'une des opérations qui permettra, selon la commune, de "réduire la température de 2°C l'été". 

Autre élément de taille, la transformation d'une zone voiture en zone piétonne. C'est le cas le long du canal St-Félix. Début des opérations depuis février dernier, et ce, jusqu'à 2028. "Des espaces de détente et des aires de jeux" doivent voir le jour dans cette zone, dès l'automne prochain. Ce qui représente "1 000m2 végétalisés, 60 arbres, 240 arbustes et 1 300 vivaces plantés" selon la ville. Tout cela, pour atteindre au final "6 000m2 de pleine terre en 2028". 

Il faudra enfin compter sur un total de "129 squares, parcs et jardins", puis "7 bois, 7 vallées et 7 jardins familiaux accessibles". Nantes cite en exemple la création, depuis 2020, du jardin de la Persagotière, des squares Germaine Tillion, Madeleine Fourcade, de Champs de Tir, René Cassin et des grands Pâtis. L'ensemble de ces opérations représente la somme de près de 3 millions d'euros.

Au-delà des objectifs initiaux

Ces objectifs sont établis dans une charte adoptée par le Conseil métropolitain en avril 2024, la "charte de l'arbre". La commune évoque en effet les arbres comme des "composants essentiels des paysages urbains, périurbains et ruraux". Ainsi, elle veut que chaque habitant bénéficie de la règle des "3/30/300".

Il s'agit que chaque personne puisse voir "au moins 3 arbres depuis sa fenêtre", "30% de canopée" mais aussi de "lieux arborés et ombragés à moins de 300m de son domicile". En termes d'objectifs chiffrés, cela représente du point de vue de la municipalité, la plantation de 50 000 arbres et arbustes "sur la durée du mandat". Sachant que "18 000" en ont déjà été plantés, dont "1 500 fruitiers".