Déconstruction du MIN à Nantes : la quasi-totalité des gravats seront réutilisés

Déconstruction sélective du MIN de Nantes / © Fabienne Even
Déconstruction sélective du MIN de Nantes / © Fabienne Even

Exemple d'économie circulaire, la déconstruction sélective du MIN de Nantes va permettre de réutiliser sur place les matériaux récupérés. Une partie des déchets servira également pour des chantiers en cours ou à venir sur l'Île de Nantes. 

Par EJ avec Fabienne Even

Le projet de construction du futur CHU va se faire en trois phases et durer jusqu'en 2025. Sur site, les engins vont et viennent tel un ballet bien réglé, pour déconstruire le MIN exilé au sud de Nantes depuis février dernier.
Ce qui est actuellement récupéré, un béton retravaillé pour en faire du granulat, qui va servir à la construction des futures voiries du nouveau CHU. Cela va éviter 6 000 rotations de camions dans l'agglomération. 
 

L'enjeu des déchets

Au total ce sont 86% des matériaux de déconstruction qui seront ainsi réutilisés. Une économie d'un million d'euros et une volonté politique de rendre le BTP plus vertueux. Car sur Nantes Métropole il y de gros enjeux en termes de ressources consommées et de déchets produits.

"A Nantes Métropole, le BTP c'est des gros enjeux en terme de ressources consommées et de déchets produits", explique Léna Cloarec, responsable de la démolition du MIN - SAMOA, " En terme de déchets, c'est 8 fois ce que produisent les ménages, on a vraiment un enjeu ici à faire autrement".

En toute logique, on envisage même d'aller vers une éco-conception des aménagements futurs. 



► Le reportage de notre rédaction

Occupations temporaires

Pour permettre à des start-up, des associations et des artistes de développer leurs projets, les bâtiments encore opérationnels sont ouverts à des occupations temporaires. 

C'est ainsi que le marché des Ecossolies au Solibab peut ouvrir chaque mardi. La Centrale installée dans l'ancienne centrale d'achat des artisans coiffeurs du MIN est, quant à elle, ouverte aux porteurs de projets médias.
 

Le pôle d'activité "MIN de Rien" 

La ferme urbaine "Agronaute" s'est implantée sur l'ancienne serre du marché aux fleurs. Elle entend développer, ici, une ferme productive, pédagogique et récréative. Un lieu que la Tricyclerie a investi aussi, comme Gueules de bois , ou Moins mais mieux qui construit des tiny houses. 
 

La démolition du MIN en chiffres

200 000m² de surface dont 61 700m² de bâtiments
86% de déchets réutilisés 
9% de déchets recyclés
5% de déchets ultimes traités à part 

43 000 m3 de remblais de futures voiries
Une économie de près de 1 million d'euros
 

Sur le même sujet

Les + Lus