TEMOIGNAGE. "Une impression de double peine", la mère de Tessa, l'adolescente tuée par un chauffard en 2018, réagit au classement sans suite de l'enquête

Publié le Mis à jour le
Écrit par Carla Butting avec Célone Dupeyrat et Marie Petitjean

Le 20 décembre 2018, une adolescente de 17 ans, Tessa Raimbault, était tuée par un chauffard alors qu’elle rentrait chez elle à Saint-Julien-de-Concelles, dans le vignoble nantais. Après l’avoir renversée, le conducteur avait pris la fuite, et n’a depuis jamais été identifié. Le parquet de Nantes vient de classer l’affaire, faute d’indices. Sa mère, Florence Jouve, témoigne.

Les proches de Tessa Raimbault devront peut-être renoncer à obtenir des réponses. L’adolescente de 17 ans avait été mortellement fauchée par un véhicule non identifié en décembre 2018 à Saint-Julien-de-Concelles, tout près de Nantes. Elle avait été renversée tandis qu'elle marchait dans la nuit, au bord d'une route sans trottoir, pour rentrer chez elle.

Le chauffard, qui conduisait un engin agricole ou un véhicule de chantier d'après les experts, a pris la fuite sans porter assistance à la jeune fille, qu'il a laissée pour morte sur le bas-côté, entre son arrêt de bus et sa maison. Ce début décembre, à quelques semaines du quatrième anniversaire de la mort de la jeune femme, la brigade de recherche de gendarmerie de Rezé a annoncé par téléphone à ses parents qu'ils clôturaient l'enquête. Faute d’indices suffisants, le meurtrier de Tessa ne sera peut-être jamais identifié.

durée de la vidéo : 02min 13
TEMOIGNAGE. "Une impression de double peine", la mère de Tessa, l'adolescente tuée par un chauffard en 2018, réagit au classement sans suite de l'enquête ©France Télévisions, Céline Dupeyrat - Marie

"Et là c’est le vide, c’est le vide encore une fois, confie à France 3 Florence Jouve, la mère de Tessa, ce mardi 6 décembre. On sait que la prochaine procédure pour nous ne concerne pas du tout le responsable, c’est la procédure pour préjudice moral."

C’est compliqué pour moi, de mettre un prix sur la vie de votre enfant, ajoute-t-elle. C’est quelque chose que personne ne devrait avoir à gérer. On a déjà notre part de souffrance et là le système en rajoute, et puis ça provoque de la colère chez certaines personnes qui étaient liées à Tessa. Je n’ai plus de mots, en fait, pour expliquer à ses amis qui eux sont en souffrance, démarrent tout juste leur vie en se disant « c’est ça, on vit dans cette société là où il est possible de retirer la vie à quelqu’un ». Même si c’est un accident, les faits sont là."

"Impression de double peine"

Florence et Christophe, les parents de Tessa, redoutaient qu'un jour l'enquête soit classée. Privés de l’espoir de voir le meurtrier de leur fille un jour jugé, il leur reste désormais une "impression de double peine". Sur la page Facebook qu'elle a créée pour honorer la mémoire de sa fille, Florence n'a jamais cessé d'informer les soutiens de Tessa des avancées de l'enquête, ni de les remercier.

Depuis l’accident, les parents de Tessa n’ont cessé d’espérer que le conducteur finirait par se dénoncer, en vain.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité