FC Nantes - Officiel : Raymond Domenech a pris ses fonctions d'entraîneur ce samedi, pas du goût de nombreux supporters

Le club nantais a officialisé ce samedi l'arrivée de Raymond Domenech au poste d'entraîneur. Il s'est engagé avec le club jusqu'à la fin de la saison 2020-2021.

Raymond Domenech lors d'un match entre les Girondins de Bordeaux et l'OM le 2 février 2020.
Raymond Domenech lors d'un match entre les Girondins de Bordeaux et l'OM le 2 février 2020. © Nicolas Tucat/AFP

C'est officiel, Raymond Domenech a pris ce samedi 26 décembre ses fonctions d'entraîneur du FC Nantes, a annoncé le club sur son site internet. Sa nomination était annoncée depuis quelques jours mais n'avait pas encore été officialisée par le FCN. C'est maintenant chose faite.

"Le FC Nantes est heureux de pouvoir compter sur l’expérience de Raymond Domenech pour la suite de la saison 2020-2021, a réagit Waldemar Kita sur le site internet du club, c’est un choix mûrement réfléchi. Je suis convaincu des qualités que peut apporter l’ancien sélectionneur de l’Équipe de France, habitué au haut niveau, à notre Club."

"Je suis très heureux et très fier de rejoindre aujourd’hui un club mythique français comme le FC Nantes.
J’ai hâte de me mettre au travail avec le staff et de tout mettre en œuvre pour que le club retrouve une place digne de son rang", 
a déclaré Domenech.

Le nouvel entraîneur du FC Nantes est attendu mercredi 30 décembre à l'entrainement, il tiendra également sa première conférence de presse ce jour-là. Le premier match officiel de Raymond Domenech se jouera avec les Canaris le mercredi 6 janvier pour la réception de Rennes. 

#DomenechNotWelcome : les supporters en colère

Un bonheur loin d'être partagé par les supporters des Canaris, déjà très nombreux à se rallier ces derniers jours sous le hashtag #DomenechNotWelcome ("Domenech n'est pas le bienvenu"), associé au hashtag #KitaOut ("Kita dehors").

 

 

 

 

L'édito de notre journaliste Anthony Brulez :

Incroyable, impensable, inimaginable….Les superlatifs peuvent s’enchaîner à l’infini au regard de cette nouvelle union improbable entre l’ancien défenseur rugueux de l’Olympique Lyonnais des années 70 et un club amoureux du beau jeu.

Waldemar Kita sait décidément s’y prendre pour se faire détester du supporter lambda des Canaris. On ne va pas refaire pour la millième fois l’inventaire des entraîneurs sortis du placard, essorés puis jetés par l’ancien président de Cornéal. Mais son côté visionnaire en matière de mariage des genres est à couper le souffle.

En 2016, il avait déjà eu le nez creux en allant chercher René Girard en pré-retraite. Girard, le Bordelais, l’anti-Nantais des années 70, perçu comme un entraîneur ultra-défensif et à l’âme footballistique aux antipodes du "jeu à la nantaise".

Girard et son sens aigü de la science infuse. Résultat, six mois d’aigreur et 16 matches sur le banc avant de quitter les Canaris. Et de découper par voie de presse le fils Kita, « un menteur et un enfant gâté », pour son incompétence en matière de recrutement.

Quatre ans plus tard, on prend les mêmes et on recommence. Ou presque. Waldemar Kita signe Raymond Domenech.

La dernière fois que le Lyonnais a entraîné un club au plus haut niveau, ce n’était pas en Ligue 1 mais en….D1, l’ancienne appellation de notre élite nationale !!!

26 ans sans groupes d’entraînements, de coaching, d’échanges au quotidien. Sa dernière expérience date de 1992-1993 avec l’Olympique Lyonnais. Avec une dernière ligne droite digne des plus belles gamelles de l’histoire rhodanienne. Sept défaites lors des neuf derniers matches de championnat.

Un autre temps, une autre époque, donc ne jugeons pas l’entraîneur du 20e siècle ou le sélectionneur des années 2000.

Car oui, si les moins de 20 ans ne doivent pas s’en souvenir, Raymond Domenech a bien été le grand chef d’orchestre des Bleus. Après 10 ans à la tête des Espoirs, il a pris en mains les destinées de la grande Equipe de France en 2004.

Avec une statistique unique dans l’histoire des sélectionneurs français : 11 matches nuls 0-0 sur 74 rencontres.

Vu la situation sportive du FC Nantes à la trêve des confiseurs (16e à 3 points du dernier Nîmes), pas sûr qu’il soit le plus à même de proposer du grand spectacle à La Beaujoire au cours des six prochains mois.

Cela dit, depuis 13 ans, le FC Nantes ressemble plus à un cirque ambulant qu’à un club de football de renommée européenne.

Et Waldemar Kita a su trouver les bons clowns pour faire pleurer de rire ses supporters. Ou les faire rire à en pleurer.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fc nantes football sport