Le drapeau palestinien de la butte Sainte-Anne à Nantes recouvert en partie par les couleurs d'Israël

Des militants ont peint un drapeau israëlien sur un escalier du centre de Nantes déjà à l'effigie de la Palestine. Les deux emblèmes se tiennent côte à côte tandis que des élus réclament le respect de la neutralité de l'espace public.

Pour la troisième fois en deux mois, les escaliers de la butte Sainte-Anne à Nantes (Loire-Atlantique) se sont vus en partie repeints dans la nuit du 21 au 22 avril. 

Arborant intégralement les couleurs de la Palestine depuis plusieurs semaines, le quart supérieur des marches est aujourd'hui aux couleurs d'Israël.

"Non à l'importation du conflit"

Cette action s'est déroulée en pleine nuit à l'initiative du collectif "Nous vivrons", organisation créée au lendemain des attaques du 7 octobre et visant à lutter contre l'antisémitisme. 

Objectif pour le collectif : "dire non à l'importation du conflit en France", car cette dernière conduirait à une "une montée d’un antisémitisme qui se drape dans l’antisionisme".

Lire aussi : Conflit israélo-palestinien. À Nantes, un escalier repeint aux couleurs de la Palestine inquiète certains élus

Adosser les deux drapeaux est également une manière pour le collectif de défendre une solution "à deux nations" et "l'autodétermination des peuples".

Cet escalier, bien connu des Nantais, est pour la troisième fois l'objet de polémique sur l'utilisation de l'espace public. En effet, deux semaines après la création de la première fresque aux couleurs de la Palestine, des militants d'extrême droite l'avaient recouvert d'une croix celtique, un symbole néo-nazi.

Neutralité de l'espace public ?

La mairie avait immédiatement réagi en portant plainte et en effaçant le dessin sans toucher au reste du drapeau palestinien laissé intact par les militants d'extrême-droite.

Lire aussi : "L'extrême droite n'a pas sa place à Nantes ", le drapeau palestinien de la Butte Sainte-Anne recouvert par un symbole néonazi

Un parti pris pour l'opposition LR à la mairie de Nantes qui souhaite l'effacement de la fresque depuis sa création mi-mars : "Si la maire de Nantes avait fait ce qu’elle aurait dû faire depuis le début, faire nettoyer cet escalier et garantir à TOUS les Nantais la neutralité de l’espace public, ils n’auraient pas eu à subir aujourd’hui cette nouvelle dégradation aux relents fascistes", avait ainsi réagi la sénatrice et conseillère municipale LR Laurence Garnier

Cet appel à la neutralité de l'espace public a été repris ce matin par le conseiller régional François de Rugy sur X :

Sollicitée sur le sujet, la mairie déclare que les peintures des deux drapeaux seront laissées en l'état.

Les attaques du Hamas le 7 octobre dernier ont fait 1200 morts et des dizaines de civils sont toujours otages du Hamas. Selon l'Unicef, près de 34 000 Gazaouis dont 14 000 enfants sont morts dans la riposte menée par l'armée israélienne depuis six mois.