Les centres équestres mobilisés pour une stabilisation de la TVA à 5,5 %

Publié le
Écrit par Olivier Quentin avec Denis Leroy

On a vu des poneys dans le centre ville de Nantes ce samedi après-midi. Les centres équestres manifestaient pour sécuriser leur avenir.

Depuis 2014, la TVA qui s'applique aux centres équestres est complexe. Elle s'étale de 5,5 à 20% selon les postes de dépense, fourrage, élevage ou cours. Les propriétaires de ces centres s'inquiètent de voir cette TVA définitivement et globalement fixée à 20%.

"Ça plomberait beaucoup de petits poney-clubs selon Nathalie, propriétaire du poney club de la Pierre Bleue à Vay, au nord de Nantes. Elle est venue manifester avec quelques cavaliers et deux poneys. Ça ferait certainement augmenter les tarifs pour nos clients."

Une augmentation qui s'ajouterait aux autres

Nathalie craint aussi des licenciements dans la filière et des fermetures de clubs qui souffrent déjà de toutes les augmentations actuelles et notamment de celle du foin après une mauvaise année de récolte. Elle a pu constater une baisse du nombre de ses clients depuis la rentrée.

"Les gens les moins aisés souffrent et ce sont encore les gens les moins aisés qui n'auront plus accès à cette activité." dit-elle.

"Pouvoir s'en sortir, nourrir nos chevaux et être payé décemment"

Des craintes confirmées par Charlotte Zimmer, monitrice d'équitation près de Guérande.

"On se mobilise pour un retour à une TVA unique à 5,5 et pas à 20% dit-elle. L'enjeu c'est de pouvoir proposer des cours de qualité sans que ça coûte trop cher aux cavaliers. De pouvoir s'en sortir, nourrir nos chevaux et être payé décemment."

Après un rassemblement de dizaines de véhicules de transports de chevaux devant la préfecture de Loire-Atlantique, les manifestants ont défilé avec quelques poneys dans le centre ville.

Des rassemblements sont organisés dans différentes villes de France les 3, 4 et 5 décembre. Une manifestation à l'appel du Groupement Hippique National est prévue à Paris le 8 décembre.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité