Cet article date de plus de 3 ans

Mal-logement : une famille occupe sans autorisation un appartement à Nantes

Installée dans un logement vacant, cette mère de famille et ses cinq enfants sera sous le coup d’une expulsion dès la fin de la trêve hivernale en mars. Une situation symptomatique du mal-logement et de la difficulté des bailleurs sociaux à proposer des logements aux familles dans le besoin.
Une famille occupe un logement vacant à Nantes
Une famille occupe un logement vacant à Nantes © France 3
Inscrite auprès des bailleurs sociaux de Nantes, Elodie Favreau vit dans des logements précaires depuis deux ans, parfois au camping, voire dans sa voiture avec ses cinq enfants. Une situation précaire et déstabilisante pour les enfants qui l’a poussé à investir un logement inoccupé.

"J’ai pris l’initiative d’être hors la loi pour protéger mes enfants" confie-t-elle. "Je demande juste à régulariser la situation, à signer un bail" ajoute-t-elle.

Sur les 25 000 logements sociaux que comptent la métropole nantaise, 300 sont actuellement vacants pour des raisons techniques ou parce que les logements proposés ne conviennent pas aux demandeurs, souligne Franck Albert, directeur de la communication de Nantes Métropole Habitat.

► Notre reportage

durée de la vidéo: 01 min 56
Mal logement à Nantes ©France 3

A Nantes, la demande de logements sociaux reste élevée : 17 000 personnes sont en attente d’un logement pérenne mais seulement 2 300 sont attribués chaque année.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
logement société social économie