Manifestation des opposants au démantèlement de la gare Nantes Etat

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lucie Rivière, avec Céline Dupeyrat

Une vingtaine de manifestants se sont rendus devant la cité des Congrès à l'occasion du conseil de Nantes Métropole pour interpeller les élus sur la fermeture de la gare de Nantes Etat.

Après 150 années d’activités ferroviaires, une page se tourne pour la gare de Nantes Etat. Ce vendredi 1er juillet, les derniers trains y circuleront. Le site ferroviaire sera ensuite définitivement fermé, et transféré au Grand-Blottereau. 20 km de voies ferrées et de poteaux caténaires seront démontés.

"En pleine crise écologique, est-ce vraiment pertinent de privilégier la voiture au train dans des zones déjà saturées par les véhicules et transports routiers ?", interrogent dans un communiqué 17 organisations, dont les syndicats CGT et FSU44, le mouvement écologique Nantes en commun, l’association altermondialiste ATTAC, et le PCF 44. Les signataires de l’appel contre le démantèlement de la gare demandent l’arrêt de la "destruction d’infrastructures publiques" et l’"ouverture d’une gare de proximité sur l’île de Nantes".

"On sait aujourd'hui qu'on va devoir développer les trains pour pouvoir transporter plus de personnes et de marchandises parce que le prix de l'essence est en train de flamber. De plus, il y a une urgence climatique et tous les instituts pointent le fait qu'on n'est pas du tout à la hauteur sur la question du transport donc aujourd'hui, il faut accélérer pour le développement du train. Or, aujourd'hui, on enlève des infrastructures", explique Benjamin Heinrich du mouvement citoyen de mobilisation sur le dérèglement climatique Alternatiba, également signataire. 

Nous demandons à Nantes Métropole, à la SNCF et à l'Etat de maintenir certaines voies

Communiqué commun émis par 17 organisations

Depuis quelques décennies, l’activité de la gare était réduite : plus de transport de voyageurs depuis les années 80, et moins de fret. D’un point de vue logistique, il s’agissait encore d’un site important pour la SNCF, une "base travaux" : on y préparait les chantiers avec de la logistique pour les stockages des rails, ou l’évacuation de ballasts et de traverses pour les gros chantiers de toute la région Pays de la Loire.

L'objectif de ce projet est de livrer les terrains ferroviaires à Nantes Métropole afin de permettre l'aménagement de la ZAC (zone d'aménagement concertée) du Sud-Ouest de l'île de Nantes. "La métropole va utiliser l'emprise de Nantes Etat pour un projet urbain avec à la fois des constructions, un parc urbain et de nouvelles voies pour les transports en commun et les modes doux, en particulier les vélos (...). C'est un nouveau quartier qui va sortir de terre", indique Bertrand Affilé, vice-président de Nantes Métropole.

"On a convenu avec la métropole de Nantes de laisser quelques voies pour marquer l’histoire de ce site. La métropole pourra l’intégrer à ces futurs aménagements pour ne pas oublier cette grande histoire du ferroviaire sur l’île de Nantes", indique Nicolas Guével, pilote d’opérations SNCF réseau. Au total, 750 mètres de rails seront maintenus. 

Le chantier, financé par l’État (9,5%), la Région des Pays de la Loire (10,8%), Nantes Métropole (70,2%) et SNCF Réseau (9,5%), devrait prendre fin le 31 décembre 2022 après 6 mois de travaux.