Mort de Steve Maia Caniço : Johanna Rolland, la maire de Nantes placée sous le statut de témoin assisté

La maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole Johanna Rolland a été entendue ce mercredi 17 septembre, dans le cadre de l’enquête concernant la mort de Steve Maia Caniço dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Elle a été placée sous le statut de témoin assisté.

Elle a été entendue pendant plusieurs heures, ce mercredi 17 septembre. A la suite de cette audition, Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de la métropole, a été placée sous le statut de témoin asissté.

Une étape supplémentaire dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par David Bénichou, vice-président chargé de l'instruction, pour homicide involontaire à la suite du décès de Steve Maia Caniço à Nantes le 22 juin 2019.

Cette nuit là, le jeune homme de 24 ans est mort noyé après une intervention policière controversée sensée mettre fin au sound-systèms installées quai Wilson pour la fête de la musique.

Les investigations se sont concentrées dans un premier temps sur la recherche de l’ensemble des éléments techniques permettant de déterminer l’horaire et le lieu très précis de la chute de la victime dans la Loire.

"Johanna Rolland a répondu à l’ensemble des questions"

"Johanna Rolland a répondu à l’ensemble des questions et fourni toutes les explications demandées sur la préparation de la fête de la musique en 2019 à Nantes pour contribuer à la manifestation de la vérité attendue légitimement par la famille et les proches de Steve Maia Caniço", ont déclaré Hervé Témine et Fabian Lahaie, les avocats de la maire de Nantes.

Dans le cadre de l'enquête, des relevés techniques effectués sur les lieux du drame, le 6 octobre 2020, ont permis de situer le moment de la chute Steve Maia Caniço dans la Loire à précisément 4h33, soit dans le temps de l'intervention de la police nationale. La charge s'étaient déroulée en plusieurs phases d'affrontements entre 4h24 et 4h52.  

"La géolocalisation précise de Steve maia Caniço sur le quai Wilson au moment de sa chute dans la Loire n'a, a contrario, pu être techniquement établie. Les témoignages recueillis permettent cependant de la situer dans la zone dépourvue de barriérage concernée par quatre autres chutes concomitantes à l'intervention de la police.", précise ce mercredi le parquet  de Rennes.

"La phase de recueil des témoignages et des éléments techniques permettant d'avoir une vision précise du déroulement des faits du 22 juin et des modalités de préparation de la fête de la musique est depuis juin 2021 globalement terminée", ajoute le parquet.

Le magistrat en charge de l'instruction a, depuis, mis en examen pour homicide involontaire le 13 juillet le commissaire de police en charge du dispositif au moment des faits et le sous-préfet, directeur de cabinet du Préfet de Loire Atlantique en poste à l'époque.

Dans les prochains jours, l'adjoint au Maire de Nantes en charge de la sécurité sera lui aussi convoqué. Claude d'Harcourt, préfet de Loire Atlantique au moment des faits, sera pour sa part auditionné courant octobre.

L'instruction pourrait être close fin 2021 ou début 2022 avant que le parquet de Rennes ne soit invité à prendre ses réquisitions "dans un délai de trois mois après le terme de l'instruction, sur un renvoi ou non des personnes mises en cause devant le tribunal correctionnel", ajoute le parquet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers politique justice société