Nantes : une action de désobéissance civile pour que l'après coronavirus ne ressemble pas à l'avant

Il y a les discours et il y a les actes. Plusieurs associations, syndicats et partis politiques s'allient pour appeler à une action de désobéissance civile ce lundi soir à Nantes. Ils demandent de décisions rapides et concrètes en faveur de l'hôpital public en France.

Nouvelle manifestation des personnels de santé devant le CHU de Nantes ce mardi.
Nouvelle manifestation des personnels de santé devant le CHU de Nantes ce mardi. © France televisions - Olivier Quentin

Au plus fort de la crise du coronavirus, pendant le confinement, plusieurs associations et mouvements (une trentaine selon l'une d'elles) se sont régulièrement réunis par visioconférence pour débattre de la situation et de l'après-crise.

Alors que la phase 3 du déconfinement se met en marche, nombreux sont ceux qui s'inquiètent d'un retour à la situation d'avant cette crise sans aucune leçon tirée d'un épisode qui n'a pas encore fait toutes ses victimes et notamment économiques.

Pour que l'après ne ressemble pas à l'avant, ce collectif a lancé pour ce lundi 15 juin une action de désobéissance civile sur Nantes.

 

Des revendications à la place des pubs

Ce soir, plusieurs équipes réparties sur la ville vont ouvrir les panneaux publicitaires de nombreux abribus pour y placer des affiches résumant les attentes du collectif.

Sur l'une d'entre-elles, on pourra lire : "Du fric pour l'hôpital public" ou  "CHU de Nantes: pas de diminution de postes ni de lits!" et encore "L'évasion fiscale tue l'hôpital".

"Il faut transformer les paroles en actes" estime Sophie qui est membre de ce collectif. Elle fait partie du GIGNV, le Groupe d’intervention des grenouilles non violentes. Un mouvement qui, par des actions visibles et surtout non violentes, dénonce les mauvaises pratiques de notre société, évasion fiscale, extraction des énergies fossiles, grands projets inutiles et imposés...

 

"Il faut que le message passe auprès de l'opinion publique"

Le GIGNV est l'une des composantes de ce collectif qui regroupe aussi des partis politques comme La France Insoumise ou Europe Ecologie Les Verts, des syndicats (la CGT, Solidaires),  et d'autres associations très actives pour la protection des droits et de l'environnement (Attac, Alternatiba, Extinction Rebellion...).

"Toutes les actions de désobéissance civile sont des actions symboliques, explique Sophie qui tient à la règle de base de non violence. Il faut faire en sorte que le message passe auprès de l'opinion publique." 

Le combat du moment pour ce collectif est celui pour les hôpitaux publiques. Rouvrir des lits en nombre suffisant, recréer des postes, revaloriser les salaires.

 

Manifestation nationale mardi 16 juin

En amont de la manifestation nationale annoncée pour ce mardi 16 juin par plusieurs syndicats et collectifs hospitaliers, cette action de désobéissance civile a pour stratégie de rendre visible ces revendications au delà du centre-ville. 

"Les manifestations empruntent toujours le même parcours, fait remarquer Sophie. Tous les gens ne vont pas en centre-ville." C'est pourquoi, les équipes ont pour mission d'afficher leurs messages dans des abribus sur toute la ville.

 

Manifestation santé du 16 juin
- Nantes : rassemblement devant le CHU à 14h15 puis défilé jusqu'à la préfecture où l'intersyndicale CGT-FO-Sud doit être reçue.
- Saint-Nazaire : 14h rassemblement devant la cité sanitaire.
- Angers : rassemblement à 11h place du Ralliement.
- Laval : rassemblement à 14h30 devant le Centre Hospitalier.
- Le Mans : 12h30 pique-nique place de la République.
- La Roche-sur-Yon : 15 heures rassemblement devant la Préfecture.

Dans le respect des gestes barrières rappellent tous les organisateurs.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société manifestation économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter