• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : ce couple de réfugiés syriens a ouvert un restaurant à Nantes

© France 3 PDL
© France 3 PDL

Ils ont traversé 4000 km pour fuir la guerre en Syrie, et ont choisi Nantes pour s'installer et ouvrir un restaurant : Coin de Jasmine. Rim et Ali Eid, une avocate et un journaliste désormais réfugiés politiques, ont refait leur vie en France, loin de leurs attaches.

Par Emma Derome et Vincent Raynal

Ils n'ont pas eu le choix. Menacés, Rim et Ali Eid ont dû fuir leur pays en guerre, la Syrie, il y a quatre ans. Ils ont désormais le statut de réfugiés politiques, et se sont installés à Nantes, où il viennent d'ouvrir un restaurant libanais : Coin de Jasmine, place René Bouhier.

Ce couple est parvenu à refaire sa vie, une toute autre vie, avec un tout autre métier. Rim était une brillante avocate, à Damas. Elle défendait les droits de l'Homme, et s'est rapidement attiré les foudres du régime de Bachard Al-Assad.

Je ne peux pas repartir chez moi, en Syrie. Le régime me recherche, si je retourne là-bas, je serai tout de suite arrêtée - Rim

Ali est dans la même situation : en tant que journaliste, il a travaillé au Proche-Orient pour la radio, la télévision, et des agences de presse, sans jamais renier ses convictions, ni jouer le jeu de la propagande.

En Syrie, on ne peut jamais travailler librement. Les services secrets syriens ont toujours un œil sur vous. En fait, vous avez tout le temps un policier dans la tête - Ali

Aujourd'hui, ils vont de l'avant, à 4000 km de leur pays, grâce à ce restaurant ouvert il y a quelques semaines. Le restaurant demande beaucoup d'investissements, mais à distance, Ali poursuit son travail de journaliste sans concession. Rim n'a pas dit adieu aux plaidoiries. Son rêve : terminer le Master 2 en arbitrage commercial qu'elle a du abandonner en Syrie. Un pays où ils ont laissé famille et amis, mais dans lequel leurs enfants ne se reconnaissent déjà plus :

Maintenant mes enfants parlent très bien français, comme les français, et ils aiment beaucoup la France. Mon fils me dit même :“je suis français“ - Rim


► Un reportage de Vincent Raynal, Thierry Poirier et Dominique Boutmin :

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus