• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Nantes : pas de bus ni de tram mardi après l'agression de contrôleurs de la Semitan

© Maxppp
© Maxppp

Cinq contrôleurs ont été blessés dans les transports en commun à Nantes, samedi 21 octobre. Désemparés devant de fréquents actes de violences, les contrôleurs et chauffeurs de la Semitan se mobilisent. Aucun bus ni tramway ne devraient circuler mardi.

Par Simon Auffret

"C'est de la violence gratuite", lance Ronan Gilbert, en racontant les agressions dont 5 de ses collègues ont été victimes samedi 21 octobre, à Nantes. "Quatre d'entres eux sont allés au CHU, l'un a six points de sutures au front", détaille le secrétaire général de la CGT-Semitan.

Les actes violents envers les contrôleurs et agent de la Semitan (Société d'économie mixte des transports en commun de l'agglomération nantaise) sont fréquents sur le réseau de tramway et de bus. "En attendant la vidéosurveillance, les gars ont été relachés", déplore Ronan Gilbert. "Ce sont des personnes croisées régulièrement par les contrôleurs".

Ce lundi, ils font donc "journée blanche" et ne se déplaceront dans Nantes que pour distribuer des tracts informant sur le climat actuel pour la profession. "On essaye pleins de choses" pour changer la situation, explique Ronan Gilbert. "Mais les changements sont assez longs. Nous avons l'impression que l'état ne fait pas son boulot, et se décharge sur les collectivités qui n'ont plus les moyens...C'est le serpent qui se mord la queue".

Une journée de mobilisation à l'initiative des salariés de la Semitan aura lieu mardi 24 octobre. Le blocage des 3 dépôts de véhicules est prévu dans la nuit autour de 3 h 50, et aucun bus ni tram ne devraient circuler dans la journée, selon la CGT Semitan. Une action est également prévue autour de 11 h, devant la préfecture de Nantes.

La direction de la Tan, de son côté, a indiqué sur Twitter n'avoir "aucune information de grève de conducteurs". Le mouvement est lancé par les conducteurs et les chauffeurs eux-mêmes, et non à l'initiative des syndicats. Le taux de suivi de la mobilisation ne sera pas connu avant demain, tôt dans la mâtinée.

 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus