Nantes : la manifestation contre les violences policières et en hommage à Steve de ce samedi a été très agitée

© Quentin Duval / France Télévisions
© Quentin Duval / France Télévisions

Samedi 3 août, la manifestation contre les violences policières et en hommage à Steve Maia Caniço a été mouvementée. Deux personnes ont été admises au CHU de Nantes et la police a procédé à 42 interpellations. 

Par Pauline Thurier

L’après-midi a été très agitée dans le centre-ville de Nantes où se sont réunis des manifestants samedi 3 août pour protester contre les violences policières et pour rendre hommage à Steve Maia Caniço. A plusieurs endroits et tout au long de l’après-midi, les manifestants ont démarré des feux et installés des barricades. Les forces de l’ordre ont répliqué avec des canons à eaux et des gaz lacrymogènes.
 
Des barricades ont été enflammées sur le cour Saint-Pierre. / © Quentin Duval / France Télévisions
Des barricades ont été enflammées sur le cour Saint-Pierre. / © Quentin Duval / France Télévisions


Les manifestants étaient là pour demander “justice pour Steve” et dénoncer les violences policières. Les résultats du rapport de l’IGPN n’établissant “aucun lien entre l’intervention de la police et la disparition” de Steve Maia Caniço révélés mardi 30 juillet ont créé une vive colère chez de nombreux manifestants.
 

Sur Twitter, plusieurs vidéos montrent des altercations violentes entre forces de l'ordre et manifestants.
 

Il y a eu plusieurs blessés, du côté des manifestants comme du côté de la police. Deux personnes, un policier et un manifestant, ont été transportés au CHU de Nantes. La police nationale a procédé à 42 interpellations depuis ce samedi matin pour “faits de violences ou transport d’armes par destination”, a indiqué la préfecture de Loire-Atlantique. 

Johanna Rolland, maire de Nantes, a indiqué dans un communiqué qu'elle condamnait "avec la plus grande fermeté ces dégradations violentes commises par certains qui ne servent en rien la recherche de la vérité, ni la mémoire de" Steve Maia Caniço.

Des manifestations similaires étaient organisées dans d’autres villes, comme à Lille, Toulouse et Paris.

Sur le même sujet

Les + Lus