Nantes : un banquet de la colère place Graslin

Les intermittents du spectacle poursuivent leur mouvement, plus de deux mois après le début de l'occupation du théâtre Graslin à Nantes.

Plusieurs tables avaient été dressées devant le théâtre Graslin pour ce "banquet de la colère".
Plusieurs tables avaient été dressées devant le théâtre Graslin pour ce "banquet de la colère". © France Télévisions Christophe Amoouriaux

L'occupation du théâtre Graslin à Nantes avait été décidée le 10 mars dernier pour demander la réouverture des lieux culturels, fermés pour cause de crise sanitaire.

Depuis, les intermittents du spectacle n'ont pas quitté les lieux et, régulièrement, des animations y sont organisées devant le fronton pour faire connaître les multiples revendications de ce mouvement qui a fédéré différentes causes.

 

 

Ce samedi 22 mai, un "banquet de la colère" y était installé. Cinq rangées de tables ont été disposées sur la place, face au théâtre.

Chacun était invité à venir y apporter son pique-nique et porter des toasts au monde de la culture durement touché par les mesures sanitaires. Car même si les salles peuvent rouvrir, les jauges imposées et les annulations de festival vont laisser encore de nombreux professionnels du spectacle sans travail.

Lors de ce "banquet de la colère", qui est à relier à un mouvement national, discours, chansons et sketches ont rythmé le repas qui fut aussi perturbé par une grosse ondée.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
spectacle vivant culture manifestation économie social