Guerre en Ukraine : en Pays de la Loire, une aide de 150 000 euros débloquée par le Conseil régional pour la population ukrainienne

Publié le Mis à jour le

Partout les gestes de soutien et de solidarité à l'attention du peuple ukrainien se multiplient. Comme dans notre région où les différents élus prévoient des aides financières et l'accueil de familles.

150 000 euros c’est la somme que va débloquer la Région des Pays de la Loire pour soutenir l’Ukraine. Une aide qui viendra rejoindre le fonds de soutien que le gouvernement constitue actuellement en direction des populations civiles.

De plus, la Région a décidé, à l’image des autres régions, d’accompagner l’accueil des réfugiés ukrainiens qui fuient les zones de guerre. Un accès gratuit au réseau TER et aux transports interurbains leur est notamment accordé.

"Ces premières initiatives témoignent de notre solidarité et de notre amitié à l’égard du peuple ukrainien" précise Christelle Morançais, sa Présidente.

Mais les élus de Nantes Métropole sont aussi mobilisés.

La Ville de Nantes par exemple, projette un fond d’urgence de 40 000 euros afin d’accompagner les aides humanitaires sur le terrain. Une action qui devrait être validée lors du prochain conseil municipal. Sans oublier des gestes symboliques comme l’illumination en jaune et bleu (les couleurs de l’Ukraine) de la fontaine de la place Royale. Et également le déploiement du drapeau ukrainien sur la façade de l’Hôtel de Ville.

La solidarité de 24 maires  

Un courrier signé par les 24 maires de l’Agglomération adressé au Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, détaille quant à lui les aides prévues.

10 000 euros (soumis au vote du conseil communautaire) et surtout en cas de besoin, la mise en place d’un dispositif d’accueil à l’attention des réfugiés.

Tout cela en concertation avec la Maison de l’Europe à Nantes et diverses structures. C’est le cas de  l’association franco-ukrainienne Tryzub ( 'trident' en ukrainien, le symbole du pays) qui est très active, en particulier dans l’organisation de rassemblements et de collectes.

Partout, les initiatives se multiplient

L’école de commerce ESSCA d'Angers annonce préparer des dispositifs de soutien aux étudiants et enseignants-chercheurs ukrainiens.

10 bourses d’études seront accordées chaque année, couvrant la totalité des frais de scolarité. L’école s’apprête également à mettre en place des coopérations spécifiques avec des institutions ukrainiennes afin de permettre à leurs étudiants de poursuivre leurs études en France en leur accordant notamment des bourses logement.

Climate Chance, Nantes Métropole et l’Association française du Conseil des communes et régions d'Europe (AFCCRE) ont décidé de provoquer une rencontre spécifique, entre réseaux européens et français, sur la situation ukrainienne, le lundi 7 mars à 11h30 à la Cité des congrès.