TÉMOIGNAGE. Professeure de philosophie, elle publie "De l’or dans la tête" et dénonce un système éducatif à la dérive

Publié le
Écrit par Johann Pailloux

Le système éducatif est à la dérive. C’est le constat que dresse Audrey Jougla, professeure en philosophie, dans son dernier ouvrage “De l’or dans la tête”(1). L’auteure nantaise réclame un retour de l’enseignement des fondamentaux face à la baisse du niveau général des élèves

Nous tenons les murs d’une maison qui s’effondre

Audrey Jougla

Professeure de philosophie et auteure “De l’or dans la tête”

“On ne fait pas de vagues dans la grande maison de l'Éducation nationale. Il faut que tout le monde passe, que tout le monde ait 12, façon École des fans, que les parents soient contents, que le rectorat n’entende pas parler de nous. Il faut que les gamins aient leur examen en carton, leur orientation en pâte à modeler, ce qu’ils feront après, ce qu’ils auront gardé, ça ne nous concerne plus.”

Dans son dernier essai “De l’or dans la tête”, l’auteure et professeure de philosophie Audrey Jougla écrit “son amour pour les élèves et pour l’enseignement et sa révolte face à la dérive de tout un système éducatif”.

L’enseignante nantaise constate une baisse du niveau général des élèves, surtout depuis cinq ans, et en appelle à un retour des fondamentaux que sont le français et les mathématiques. Elle évoque les réformes successives, pensées à court terme, qui “ont entériné moins de rigueur, moins d’exigence”.

Trop de bienveillance et pas assez d’efforts

“Nous sommes incités, nous professeurs, à toujours valoriser, même à l’excès, tous les élèves, et à ne pas forcément être juste et à révéler leur niveau réel", explique Audrey qui dénonce “une inflation de la notation renforcée par Parcoursup (2)”.

L’enseignante regrette que la hiérarchie, l’excellence, le sens de l’effort et la sélection soient devenus “des gros mots”. “On nous incite toujours à la bienveillance, mais dans la vie et dans le monde professionnel ce n’est pas comme ça."

"On ne fait que retarder l’échéance de la confrontation à la réalité” affirme l’auteure. “L’école a démissionné de l’enseignement du français et de la culture générale".

Résultat: ce sont les familles qui prennent le relais, ce qui crée une rupture d’égalité entre les élèves et facilite la reproduction sociale des élites”. “Il faut remettre de l’exigence sur la maîtrise des fondamentaux” clame Audrey Jougla qui cite Jean Jaurès: “il ne faut pas craindre de leur parler avec sérieux, simplicité et grandeur”.

 

  • (1) “De l’or dans la tête”, de Audrey Jougla, paru le 15 septembre 2022 aux éditions Double ponctuation
  • (2) Plateforme internet destinée à recueillir et gérer les vœux d'affectation des futurs étudiants de l'enseignement supérieur
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité