Trafics en chute de 30%, la mauvaise année 2021 du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire

Publié le
Écrit par Christophe Turgis
Le trafic du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire chute à 19 millions de tonnes en 2021 en raison de la baisse de 62% des hydrocarbures
Le trafic du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire chute à 19 millions de tonnes en 2021 en raison de la baisse de 62% des hydrocarbures © FRANCK DUBRAY / MAXPPP

L'arrêt de la raffinerie de Donges et les crises sanitaires et économique ont mis à mal le trafic du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire en 2021. Les hydrocarbures ont baissé de 62% par rapport à 2020.

Les chiffres du trafic du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire pour 2021 sombrent dans les eaux limoneuses de l'estuaire de la Loire. Le trafic s'effondre à 19 millions de tonnes, soit -30% du trafic moyen habituel.

Pétrole, gaz et conteneurs en baisse

C'est essentiellement l'arrêt du raffinage chez TotalEnergies qui plombe le bilan annuel du port. -62% sur le trafic des hydrocarbures par rapport à 2020. La part des trafics énergétiques représente habituellement les deux tiers du trafic portuaire total.

Si le pétrole va mal, le gaz ne va pas mieux, "du fait des tensions internationales sur le marché du gaz", précisent les autorités portuaires. On a compté seulement 78 escales de méthaniers à Montoir en 2021, contre 127 en 2020. Avec 5,4 millions de tonnes de gaz, ce trafic a reculé de 40% d'une année sur l'autre.

Dernière baisse, le trafic des conteneurs recule de 8,7% à hauteur de 145 000 EVP (équivalent vingt pieds).

Trafics en hausse

Paradoxe, au moment où l'usage du charbon, fortement émetteur de gaz à effet de serre, est remis en cause autour de la planète, les importations on été multipliées par quatre en 2021, passant de 200 000 à 800 000 tonnes. La raison, la centrale électrique de Cordemais a beaucoup contribué à l'alimentation du réseau EDF national.

Si la part de l'énergie baisse fortement, d'autre trafics restent stables ou augmentent sur les quais de Nantes, Donges, Montoir et Saint-Nazaire.

Les trafics agroalimentaires baissent un peu, ils retrouvent leur niveau de 2019. Celui de 2020 avait été un peu plus élevé, "une conséquence indirecte des confinements successifs", indiquent les services du port.

Ce sont les vracs solides qui grimpent dans les statistiques. Principalement les matériaux de construction et de recyclage. +20% pour le de mer, +21% our le ciment, +33% pour les ferrailles.

Autre source de satisfaction pour le port, le trafic roulier progresse de 4,4% sur 2020, mais ne retrouve toujours pas son niveau d'avant crise. 109 000 véhicules neufs sont passés par les quais de Montoir en 2021.

Les éoliennes qui vont bientôt tourner au large du Croisic, entrent aussi dans la case "bons résultats". "Les composants entrant dans la réalisation du parc éolien ont augmenté de 34%", indique le port, sans préciser à quel tonnage ce trafic se situait l'année précédente...

Le vent comme avenir ?

L'année 2005 marque l'apogée des trafics portuaires sur l'estuaire de la Loire avec 35 millions de tonnes. Si la reprise du raffinage à Donges en 2022 va ramener des pétroliers au long des quais, et donc du tonnage, le port est à la recherche de nouvelles perspectives. Son directeur général, Olivier Trétout, voit dans le énergies renouvelables, "la possibilité d'un rebond pour les 10 ans qui viennent".

Il fait de la situation du Grand port maritime de Nantes et Saint-Nazaire au milieu de la façade atlantique un atout majeur. "Le port a une vraie carte à jouer avec l’éolien offshore. Et particulièrement avec l’éolien flottant, que l’on installera loin des côtes". Des parcs très au large qui nécessiteront des infrastructures portuaires nouvelles. Avec un chantier spécifique dès cette année 2022, "nous allons aménager le quai de la Réparation navale, près de la forme Joubert, à Saint-Nazaire, pour ces plateformes flottantes".

Le port aimerait se diversifier sur des activités nouvelles, comme la construction d'entrepôts livrés "clés en main" aux opérateurs, ou l'immobilier de bureaux sur les terrains dont il dispose sur les anciens quais de Nantes par exemple.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.