Notre-Dame-des-Landes : des artistes se mobilisent contre le projet d’aéroport

Bertrand Cantat, Sanseverino et une dizaine d'autres artistes se mobilisent contre le projet d'aéroport de NDDL / © Capture d'écran
Bertrand Cantat, Sanseverino et une dizaine d'autres artistes se mobilisent contre le projet d'aéroport de NDDL / © Capture d'écran

Bertrand Cantat, Sanseverino, Zebda, Emily Loizeau… Des artistes se sont réunis le temps d’une chanson pour s’opposer au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Par Romane Idres et Eléonore Duplay

«Notre Dame des oiseaux de fer», c’est le titre lourd de sens de la chanson écrite en 2009 par Sylvain Giro et le Hamon Martin Quintet, reprise par une dizaine d’artistes dans un clip musical.

"Nous avons composé la musique, et demandé à Sylvain Giro d’écrire des paroles en résonnance avec la lutte contre ce projet d’aéroport ", explique Matthieu Hamon, membre d’un groupe de musiques traditionnelles bretonnes, mais aussi paysan, propriétaire d’une exploitation laitière à Plessé, à trente minute à peine des terres de Notre-Dame-des-Landes.

Sortie en 2010, sur l’album «Du silence et du temps», la chanson traduit, de manière poétique, les aspirations des habitants du coin, leur engagement pour des valeurs «On veut cultiver nos enfants et on veut cultiver nos terres ». « Pas de pistes aux oiseaux de fer, pas de fer en place des oiseaux ».

Sorti à trois semaines de la consultation en Loire-Atlantique sur l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes, le clip connaît une large diffusion grâce à la participation d’artistes renommés, comme Emily Loizeau, Bertrand Cantat, Sanseverino ou encore Hakim et Mouss de Zebda.

Mais l’idée a germé bien avant l’annonce de cette fameuse consultation, lancée en février dernier, par Ségolène Royal.

"Nous avons décidé de faire un clip, après la grande manifestation, au mois de janvier, sur le périphérique nantais. Nous sommes partis du principe que dans toutes les luttes, passées, présentes et à venir, on trouvait souvent, une ou plusieurs chansons qui les accompagnaient. Des textes, et des musiques, qui permettent d’incarner les choses différemment, qui parlent et qui se vivent autrement qu’un discours politique. C’était aussi une manière de permettre aux artistes de s’exprimer, à leur manière, sur la question", raconte Matthieu Hamon.

Pour incarner ce clip, les auteurs de la chanson ont fait jouer tout leur réseau, à commencer par ces artistes nationaux, comme Emilie Loizeau ou Sanseverino, qui s’étaient déjà produits à Notre Dame des Landes. A leurs côtés, des représentants de la scène départementale du 44, comme Delphine Coutant, et Ana Igluka, qui chantent entre Bertrand Cantat et Mouss et Akim, membres du groupe Zebda. Avec les moyens du bord, impossible de réunir tous les artistes et musiciens au même endroit…. Souvent, c’est le vidéaste qui s’est déplacé, pour filmer les chanteurs en playback, sur un fond vert, le son ayant été enregistré à part.

>> LIRE AUSSI. La question sera : "Oui ou non, voulez-vous le transfert de l'ancien aéroport vers un aéroport à Notre-Dame-des-Landes" ?

Dans un clip assez épuré, on retrouve les artistes et les militants, et des plans de paysages naturels.

Objectif : afficher leur soutien à l’Association Citoyenne Intercommunale des Populations concernées par le projet d’Aéroport de Notre-Dame-Des-Landes (ACIPA), et inciter les citoyens concernés à dire non au projet lors du référendum prévu le 26 juin. La chanson est disponible gratuitement en téléchargement légal.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Les + Lus