Donges : enquête en cours pour mesurer l'impact de l'industrie pétrochimique sur la vie humaine

Publié le Mis à jour le

Après un passage en Normandie près de la première raffinerie de France, une équipe de journalistes d'investigation est arrivée à Donges pour y rencontrer l'association ADZRP, collectif citoyen de vigilance face aux risques industriels. Des analyses ont commencé.

La question de départ est simple : ''Les polluants industriels ont-ils un impact sur nos organismes ?''

Pour y répondre, des journalistes d'investigation de l'émission ''Vert de Rage'' sur France 5 se sont rendus à Donges le 17 mai dernier après un passage en Normandie.

Des prélèvements ont été réalisés sur de jeunes Dongeois(e)s afin d'en savoir plus. Dans leur enquête sur les pollutions liées à l'industrie pétrochimique, les journalistes ont eu l'occasion de procéder également à des prélèvements et des analyses à Gonfreville l'Orcher, commune située près du Havre et de Total Normandie, première raffinerie de France.

Le séjour de l'équipe de télévision sur la commune de Donges a pour origine l'action de l'association locale ADZRP, (Association Dongeoise des Zones à Risques et du PPRT (Plan de Prévention des Risques Technologiques)).

Ainsi, des prélèvements d'urine ont été réalisés sur 16 jeunes de la commune âgés de 3 à 12 ans. D'ici un mois les résultats devraient être connus, ils sont effectués au Laboratoire public de Liège, en Belgique.

Des ingrédients chimiques et des chiffres éloquents

À Gonfreville l’Orcher, les analyses réalisées sur 23 enfants posent question et montrent la nécessité de multiplier les études sur le sujet.

En effet, selon le communiqué de l'association ADZRP, a été retrouvé en quantité importante du naphtol-2, le marqueur du naphtalène, un dérivé de goudron, de houille ou de pétrole.

En France, il n'existe pas d'études comparables, il est donc impossible d'établir des comparaisons avec d'autres sites dans l'hexagone mais c'est en revanche possible avec des analyses menées en Allemagne et aux Etats-Unis.

Pour les enfants de Gonfreville, la médiane des concentrations de naphtalène chez les enfants de Gonfreville est 67% plus élevée que celle des enfants allemands et 137% plus élevée que celle des enfants américains.

Cette action est l’occasion pour l’ADZRP de rappeler que ''les données manquent cruellement en matière d’émissions de polluants industriels dans l’air mais aussi dans l’eau et les sols et que leurs impacts sur la santé des habitants ne sont quasiment jamais investigués''.