Journée d'action contre la réintoxication du monde : manifestation devant l'usine Yara à Montoir et au Carnet

Une quinzaine d'associations de la Loire-Atlantique a répondu à l'appel pour une journée d'action contre la réintoxication du monde, un mouvement initié à la fin du confinement, le déconfinement doit être le moment de "construire de nouvelles manières d’habiter le monde".
Journée d'action contre la réintoxication du monde, le prix Pinocchio a été symboliquement remis à l'agrochimiste Yara sur les quais de Montoir-de-Bretagne
Journée d'action contre la réintoxication du monde, le prix Pinocchio a été symboliquement remis à l'agrochimiste Yara sur les quais de Montoir-de-Bretagne © Élodie Soulard / France Télévisions

Des collectifs d'habitants, des associations environnementales, des zad, des syndicats, tous appellent de leur vœux un mouvement pour que le monde d'après ne soit pas comme le monde d'avant.

Tous refusent "l'exigence de la rentabilité et la destruction du vivant". En Loire-Atlantique ils ont choisi de désigner deux espaces emblématiques, situés d’un côté et de l’autre de la Loire, et reliés au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire.

Journée d'action contre la réintoxication du monde, devant l'agrochimiste Yara à Montoir-de-Bretagne, avant un pic nic au Carnet pour dénoncer les projets du Grand Port de nates et Saint-Nazaire
Journée d'action contre la réintoxication du monde, devant l'agrochimiste Yara à Montoir-de-Bretagne, avant un pic nic au Carnet pour dénoncer les projets du Grand Port de nates et Saint-Nazaire © Élodie Soulard / France Télévisions

À Montoir, devant l'usine agrochimique Yara, ils dénoncent l'inaction des autorités pour contraindre cet industriel à respecter les normes auxquelles il est normalement astreint.

Ils ont symboliquement remis le prix Pinnochio de la pire entreprise de l’agrobusiness en matière de greenwashing à l'entreprise Yara, prix qui lui avait décerné en février dernier au salon de l'agriculture par les Amis de la Terre et la Confédération Paysanne.

Au Carnet, le collectif veut démontrer le détournement que constitue la transformation d'un site naturel en zone industrielle. "Le Grand Port Maritime projette de bétonner 110 hectares de zones naturelles réensauvagées dont 51 hectares de zones humides. L’artificialisation de ce pan d’estuaire, qui abrite pas moins de 116 espèces protégées, se ferait au nom de l’implantation d’éco-technologies."

Le prix Pinocchio décerné à l'usine d'engrais Yara à Montoir-de-Bretagne

Ce jeudi matin, l'un des membres du collectif, le GIGNV a mené une première action à l'aéroport de Nantes-Atlantique.

 

Le collectif en Loire-Atlantique
Solidaires 44, Union Syndicale Solidaires, NDDL Poursuivre ensemble, Extinction Rebellion Nantes, Collectif Stop Carnet, des habitant-e-s de la zad de Notre-Dame-des-Landes, Colère 44, Attac 44, la Cagette des Terres, Pays de Retz Environnement, Alternatiba Nantes, la Commune de Chantenay, GIGNV, la VIGIE (Association de veille citoyenne et écologique de Bretignolles-sur-Mer), la Dérive social club, Free The Soil, Comité Bure en Retz
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement économie social