Angers : une centaine de manifestants contre l'ouverture dominicale d'un hypermarché Carrefour

Les salariés du Carrefour Grand Maine à Angers refusent l'ouverture du dimanche, 15 septembre 2019 / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Les salariés du Carrefour Grand Maine à Angers refusent l'ouverture du dimanche, 15 septembre 2019 / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Leur hypermarché est ouvert depuis peu le dimanche matin, des salariés du Carrefour Grand Maine se sont rassemblés devant le magasin ce 15 septembre 2019. Ils protestent contre la disparition redoutée du repos dominical.

Par FB avec AFP

Fin août, l'hypermarché Casino d'Angers avait été précurseur en ouvrant ses portes le dimanche matin. L'un de ses principaux concurrents, Carrefour lui a emboîté le pas.

"La régression sociale on ne la discute pas, on la combat", pouvait-on lire sur une banderole déployée ce dimanche matin devant le Carrefour Grand Maine d'Angers. "Vous faites vos courses le dimanche ? Avez-vous pensé à toutes les conséquences ? Pour nous comme pour vous, le dimanche c'est la famille, les enfants, les loisirs", ont également interpellé dans un tract, une centaine de salariés, ainsi que d'autres professions réunis en intersyndicale,et rassemblés ce dimanche matin devant l'hypermarché.
    
L'opération visait à sensibiliser les clients à qui ils demandent de "faire l'effort de ne pas faire leurs courses le dimanche pour préserver nos vies familiales et sociales". 
    
Les salariés angevins ont constitué une intersyndicale interprofessionnelle quand l'hypermarché Carrefour Grand Maine d'Angers a décidé le 30 juin d'ouvrir pour la première fois le dimanche matin, craignant que cette décision ne fasse "tâche d'huile dans la région". 

"Travailler le dimanche est du faux volontariat pour des salariés qui sont soit étudiants soit ont besoin d'un complément de revenu, donc avec un problème de salaire au départ", a déclaré Patrice Auvinet, délégué syndical d'entreprise CGT. Il estime que l'ouverture du dimanche aura "un impact considérable sur les conditions de travail et de vie des salariés de l'ensemble de l'agglomération angevine".
    
Contactée, la direction de Carrefour du Grand-Ouest a rappelé qu'un accord majoritaire avait été conclu avec les syndicats rendant possible cette ouverture.
 

"L'hypermarché doit s'adapter"

L'inquiétude des salariés angevins est accentuée par la décision de Casino d'ouvrir fin août le dimanche après-midi son hypermarché angevin de La Roseraie avec uniquement des caisses automatiques. 
Les gilets jaunes se sont introduits dans l'hypermarché angevin aux alentours de 13 heures, lorsque les salariés du matin quittaient leur service, pour s'opposer à l'ouverture du dimanche sans personnel. / © France Televisions - Denis Leroy
Les gilets jaunes se sont introduits dans l'hypermarché angevin aux alentours de 13 heures, lorsque les salariés du matin quittaient leur service, pour s'opposer à l'ouverture du dimanche sans personnel. / © France Televisions - Denis Leroy
Pour la direction de l'hypermarché Casino, qui réalise 5% de son chiffre d'affaires le dimanche matin, "la concurrence, c'est internet pour nous aujourd'hui. L'hypermarché doit s'adapter. On a des clients de proximité, des étudiants, qui veulent pouvoir disposer de leur supermarché toute la journée et tous les jours".
 "Est-ce qu'on veut aller vers un modèle de surconsommation à l'américaine ou garder nos garde-fous et avoir un équilibre de vie ?", s'interroge Jacques Cady, délégué syndical CFDT chez Carrefour. 
    
A Pacé, en Ille-et-Vilaine, plus d'une centaine de personnes, dont des élus, se sont également également rassemblés ce dimanche devant un hypermarché Cora pour protester contre son ouverture le dimanche jusqu'à 12h30.

"L'accord du territoire rennais limitait depuis les années 1990 les ouvertures à trois dimanches et trois jours fériés par an pour tous les hypermarchés, mais cet accord a été cassé par le tribunal administratif en 2018 et aujourd'hui tout le monde veut ouvrir", a expliqué Jeannine Thorel, de la CGT commerce, expliquant "vouloir aussi protéger les commerces de centre-bourg, fortement menacés par ces ouvertures". 
 

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus