• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Angers : un ex-directeur de la pénitentiaire suspendu

La maison d'arrêt d'Angers / © France 3 Pays de la Loire
La maison d'arrêt d'Angers / © France 3 Pays de la Loire

Actuellement en poste à Lorient, l'ex-directeur de la penitentiaire d'Angers est poursuivi pour détournement de fonds. Selon nos confrères du quotidien Ouest-France, il a été suspendu de son poste actuel.

Par Céline Dupeyrat

L'information a été révelée par nos confrères de Ouest-France.

Yannick Royer, ancien directeur du Service pénitentiaire d'insertion et de probation d'Angers et de Lorient, est poursuivi en correctionnelle.

Il comparaîtra à Poitiers pour détournement de fonds publics, faux et usage de faux.

En poste à Angers jusqu'en 2017, le fonctionnaire qui accompagne les détenus et les délinquants mis à l'épreuve, était pourtant décrit comme un "homme disponible et affable" par son entourage professionnel. La réputation du directeur en a donc pris un sacré coup.

D'après Ouest-France, c'est après son départ pour Lorient que des anomalies comptables ont été repérées. Elles ont, dans un premier temps, fait l'objet d'une enquête administrative avant que le parquet soit saisi.

Après des mois d'investigations, la police judiciaire angevine a mis à jour un système opaque.

Entre 2012 et 2016,le directeur aurait détourné une partie des subventions versées par l'administration penitentiaire et la communauté urbaine Angers Loire métropole.

Ces fonds étaient destinés à financer les professionnels de santé intervenant dans les commissions d'orientation pluridisciplinaire pour les personnes sans obligation de soins.

Pour parvenir à détourner cet argent, le directeur aurait réalisé des faux. Une fraude sans doute facilitée par la création d'une société conseil aux entreprises.

D'après nos confrères qui citent un proche du dossier,"les sommes ne sont pas astronomiques".

En poste à Lorient depuis 2017, Yannick Royer a été suspendu administrativement.

D'abord entendu à Angers, son procès a été dépaysé par la Cour de cassation à la demande de la procureure générale d'Angers Brigitte Lamy. Contactée, ce vendredi 1er février, cette dernière n'a pas donné suite à nos sollicitations. 

L'administration penitentiare se refuse, pour sa part à commenter cette affaire.


 

Sur le même sujet

DOCUMENTAIRE. Mes parents, ces héros ordinaires

Les + Lus