Angers : un dimanche pour apprendre à se passer de sa voiture en ville et se déplacer à vélo

À Angers, la municipalité a déclaré ce dimanche 19 septembre, journée sans voiture dans l'hypercentre de la ville. Histoire de proposer aux habitants de voir comment ils pourraient envisager de passer de la voiture au vélo.

 

Moins rouler en voiture, c'est mieux pour l'environnement. Plus aller à vélo, c'est bon pour la santé. Et les deux conjugués permettent de faire de substantielles économies ! Il s'agit de permettre aux Angevins de voir comment ils peuvent changer leurs habitudes.

Rues et places de l'hypercentre de la métropole sont interdites aux voitures le temps d'un dimanche, pour voir. Électrique ou thermique, à deux, trois ou quatre roues, tout se qui est mu à l'aide d'un moteur est banni, c'était un engagement de campagne de l'équipe municipale. 

Absence de bruit

Des activités sportives à vélo, des rencontres avec les associations cyclables angevines comme Place au vélo qui propose des gravures gratuites de bicycode sur les cadres, sont à portée de guidon. Et si vous n'avez pas de vélo, ça peut arriver, les transports en commun sont gratuits toute la journée dans toute l'agglomération.

De cette journée sans voiture, ce sont les piétons qui en parlent le mieux, "C'est l'absence de bruit, le sentiment de se sentir en sécurité, surtout quand on est avec les enfants, on est beaucoup plus serein", remarque ce grand père. Qui ajoute : "Il faut faire attention aux autres, ce n''est pas parce qu'il n'y a plus de voitures qu'on peut faire ce que l'on veut. Il faut un équilibre en tous les modes de déplacement".

Angers : un dimanche pour apprendre à se passer de sa voiture en ville et se déplacer à vélo

Mobilités douces

"Nous souhaitons mettre en avant l'ensemble des mobilités douces, car nous pensons qu'aujourd'hui, en fonction de la crise climatique, en fonction de la nécessaire transition écologique dans laquelle nous sommes engagés, nous pensons que nous avons besoin de ces moments-là pour mettre en valeur l'ensemble de ces mobilités", indique Vincent Février, conseiller municipal délégué aux piétons. "C'est à la ville de mettre en place des politiques publiques pour favoriser l'apprentissage des nouvelles mobilités".

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo transports sécurité routière société sécurité urbanisme aménagement du territoire environnement