Deux des victimes de l'agression qui a fait trois morts samedi à Angers, étaient originaires de Wallis et Futuna

Publié le Mis à jour le

À Angers, le SCO rugby adresse ses condoléances aux familles des victimes. Les deux jeunes étaient bien connus au club de rugby d'Angers.

Au lendemain du drame qui a fait trois morts dont un mineur dans le centre-ville d'Angers, le club local SCO Rugby Angers pleure ses deux joueurs.

Deux des victimes, Manuolito, 18 ans et Atama, 20 ans, sont originaires de Wallis et Futuna. Les deux jeunes étaient membres du club angevin de rugby qui compte quelques 500 licenciés et dont l'équipe première évolue en Fédérale 3. Dans un tweet, le club a présenté ses condoléances aux familles des victimes.

" J’ai échangé avec le club du SCO rapidement. Ils étaient tous anéantis par la nouvelle et nous, on est dans le même état vu les circonstances. On ne comprend pas ce qui a pu se passer, a déclaré Patrick Larget, vice-président de l’Union Rugby Club de Dumbéa (Nouvelle Calédonie).  On a effectivement un lien particulier avec le SCO Angers Rugby parce qu’on vient de signer un jumelage avec eux et on a des joueurs qui sont partis cette année les rejoindre. Moi j’ai porté le maillot du SCO pendant cinq ans, donc ça me touche beaucoup aussi. Je pense que tout le monde du rugby est affecté que ce soit ici en Calédonie ou au niveau français. On est tous en état de choc et on s'associe à la douleur des familles".

Dans la nuit de vendredi 15 à samedi 16 juillet, un homme s'en est pris à trois jeunes qu'il a poignardés et tués. Il semble, d'après les témoignages, que les victimes défendaient une amie que l'homme importunait. L'une des victimes avait 16 ans. Le suspect, un Soudanais, a été interpellé sur les lieux peu de temps après les agressions. Il est âgé de 32 ans.