Maine-et-Loire : la proposition de tickets restaurant étudiants de la députée AL Blin discutée à l'Assemblée Nationale

La proposition de création de tickets restaurant pour les étudiants par la députée de Maine-et-Loire Anne-Laure Blin sera discutée à l'Assemblée Nationale le 7 octobre prochain. Le Sénat a déjà adopté cette proposition.
Anne-Laure Blin députée LR de la 3ème circonscription de Maine-et-Loire
Anne-Laure Blin députée LR de la 3ème circonscription de Maine-et-Loire © Anne-Laure Blin

Anne-Laure Blin, députée de la 3ème circonscription de Maine-et-Loire a déposé une proposition de loi portant sur la création de tickets restaurant pour les étudiants sur le modèle de ceux qui existent pour les salariés. Cette proposition de loi a déjà été reprise par le Sénat en juin 2021.

"Ma proposition de loi a été co-signée par plus de 80 députés de différents groupes" souligne Anne-Laure Blin, "elle sera débattue dans le cadre de la niche parlementaire du groupe Les Républicains, en commission fin septembre et sera examinée par l'Assemblée Nationale dans l'hémicycle le 7 octobre".

Un ticket pour les étudiants des villes et des champs

Sur le modèle du ticket restaurant pour les salariés, elle prévoit que l'étudiant, ne disposant pas de structure de restauration collective, paie une part équivalente à 3,30 €, pour un repas complet, composé d'une entrée, d'un plat et d'un dessert. L'État prenant le reste à sa charge.

Ces tickets seraient utilisables pour se restaurer, ou faire des courses à caractère alimentaire, dans des établissements ayant conventionné avec les acteurs de la vie étudiante, comme les Crous.

"Je note autour de ma permanence à Beaufort-en-Vallée que des étudiants viennent en stage dans des entreprises, et qu'ils ne disposent pas alors de structures de type Crous, comme c'est le cas quand ils sont à Angers. C'est anormal", constate Anne-Laure Blin. Des communes comme Saumur disposent de sites universitaires, mais pas de structures de restauration.

"C'est quelque choses qui rendra service aux étudiants et profitera également aux restaurateurs à l'écart des grands sites universitaires" insiste la députée. Un ticket restaurant pour les étudiants des villes comme pour ceux des champs en quelque sorte.

"Cette proposition de loi est pragmatique. Elle permettra de répondre significativement aux difficultés des étudiants. Le Sénat l’a adoptée très majoritairement en juin dernier, j’espère que le choix de l’Assemblée sera le même pour que la mesure entre en vigueur le plus rapidement possible", indique Anne-Laure Blin, qui se félicite d’avoir été désignée rapporteur et de pouvoir défendre ainsi son premier texte à l’Assemblée Nationale.

Un ticket dématérialisé début 2022

"Si le Sénat c'est prononcé en premier, c'est à l'initiative d'un sénateur de L'Union Centriste qui avait repéré mon projet de loi. Gauche et droite ont voté pour et dans les mêmes termes en juin, j'espère qu'il en sera de même à l'Assemblée Nationale".

La proposition de loi telle qu'elle est déposée par la députée de Maine-et-Loire prévoit que les dépenses seront supportées par l'État. "Le montant est sensiblement à coût constant puisque le coût social est globalement supporté par les œuvres sociales des universités".

Concrètement, Anne-Laure Blin espère voir ces tickets restaurant apparaitre sous forme dématérialisée, "un truc léger, facile à utiliser, à recharger" dans les premiers mois de l'an prochain. "Si on adopte la loi le 7 octobre, qu'on se laisse trois mois pour que l'administration s'organise, que le Premier ministre publie les décrets, raisonnablement ce sera pour le début de 2022".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique éducation société alimentation