Intoxications au métam-sodium : une entreprise de Nantes jugée au tribunal d’Angers

L'entreprise agricole nantaise PrimaLoire ainsi que l'un de ses ouvriers étaient jugés lundi 22 mai au tribunal correctionnel d'Angers pour avoir intoxiqué 74 personnes au métam-sodium (insecticide) en Maine-et-Loire, en 2018. De lourdes peines d'amende sont tombées.

Sur le banc des parties civiles, le traumatisme reste gravé, tant dans les têtes que dans les corps. En automne 2018, 74 personnes sont intoxiquées après l'épandage de métam-sodium, sur des champs à l'est d'Angers, par un ouvrier agricole de l'entreprise PrimaLoire.

L'employé ainsi que la société nantaise étaient jugés depuis 15 heures ce lundi 22 mai au tribunal correctionnel d’Angers pour blessures involontaires et non-respect des règles d'application de cet insecticide. 

40 personnes envoyées au CHU d'Angers

Les faits remontent au 28 septembre 2018. Ce jour-là, plusieurs lycéens du lycée de Narcé, situé à Loire-Authion (Maine-et-Loire), se plaignent de maux de tête, de gêne respiratoire et d'irritation aux yeux.

Quelques jours plus tard, des symptômes identiques apparaissent chez une soixantaine d'employés d'entreprises horticoles autour de Brain-sur-l'Authion. Au total, une quarantaine de personnes sont envoyées au CHU d'Angers.

Des méthodes d'utilisation inappropriées

Après une enquête des autorités sanitaires, un employé de la société d'exploitation agricole PrimaLoire est mis en cause. Il lui est reproché d'avoir usé de méthodes et d'outillages inappropriés lors de l'utilisation du pesticide, sans certificat phytosanitaire valide, faisant ainsi de son entreprise un complice. 

En effet, le métam-sodium, utilisé pour désinfecter les sols (pour la culture de la mâche notamment), devait être appliqué sur une terre très mouillée, puis arrosé de nouveau, pour le fixer au terain et éviter sa dispersion dans les airs. 

L'utilisation de ce fongicide est finalement interdite en France le 5 novembre 2018 par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). De leur côté, les 74 victimes de l'intoxication portent plainte contre PrimaLoire.  

De lourdes peines d'amende

Ce lundi, la salle d'audience du tribunal correctionnel d'Angers est presque comble. Face à l'ouvrier agricole et aux deux gérants de PrimaLoire, une dizaine de parties civiles. Très vite, les prévenus reconnaissent les faits et s'excusent auprès des victimes.

Ils dénoncent cependant l'inégale réglementation entre les départements de la région concernant l'utilisation du pesticide. Argument jugé irrecevable par la procureure, rappelant la signature en 2016 d'un arrêté préfectoral du Maine-et-Loire destiné à rappeler les règles d'application du métam-sodium.     

La procureure requiert finalement 6 mois d'emprisonnement assorti de sursis pour l'ouvrier, ainsi que 6 500 euros d'amendes. 36 500 euros et un affichage pendant 2 mois de cette condamnation pour PrimaLoire. 

La décision est tombée en début de soirée, 50 0000 euros d'amende contre PrimaLoire et 10 000 euros d'amende contre le salarié. 

(Avec Noémie Furling et Laura Striano)