Maine-et-Loire : une rave-partie dans le calme

Deux rave-parties au même moment en Pays-de-la-Loire et en Bretagne. Au menu : de la danse. Et pas de confrontation avec les gendarmes.
photo d'archives
photo d'archives © Compagnie de gendarmerie de Rezé Loire-Atlantique

Combien sont-ils ? On parle de 1000. Peut-être plus.

Tous décidés à "teuffer" dans le Maine-et-Loire,  plus précisément à Tigné.

C'est vendredi en fin d'après-midi que les camions apportant la sono ont débarqué, suivis par les premiers fêtards.

Une rave-partie, comme d'habitude non autorisée.

Alors près de 35 gendarmes sont sur les lieux pour éviter d'autres arrivées. Pas d'intervention, mais une mission d'encadrement. On se souvient des violentes altercations en Ile-et-Villaine entre raveurs et forces de l'ordre il y a quelques semaines.  

Cette fois changement de statégie, et ambiance plus sereine de part et d'autre.

Tigné est une petite commune déléguée de Lys-Haut-Layon. Son maire : Médérick Thomas se tient informé par les gendarmes.

Et aux abords du lieu-dit La-Roche-Coûtant, des service de secours sont positionnés, au cas où des participants les sollicitent. 

Pas ou peu de tweets pour le moment. Et les vibrations semblent bonnes...

Et pendant ce temps là, à 160 kilomètres une autre rave rassemble environ 600 personnes (la moitié selon la Préfecture d'lIle-et-Vilaine), à Rennes.

Dans un hangar désaffecté les jeunes gens (et moins jeunes...) sont arrivés eux, dans la nuit de samedi à dimanche.

Et contrairement à Redon le 18 juin dernier, une très discrète surveillance des forces de l'ordre a été mise en place.  

Bref un week-end tranquille dans nos deux régions voisines, au son des 40k watts... 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture