Léon Cligman, donateur qui a contribué à la création du musée d'art moderne de Fontevraud est décédé à l'âge de 101 ans

Publié le Mis à jour le

Léon Cligman a contribué à créer le musée d’art moderne de Fontevraud le 19 septembre 2021, grâce au don à l’État et à la région Pays-de-la-Loire de la collection constituée avec sa femme, Martine. Il est décédé dimanche 15 mai, annonce le ministère de Culture.

La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot-Narquin, a appris "avec une très vive émotion le décès à l’âge de 101 ans du collectionneur et mécène Léon Cligman."

Léon Cligman a contribué à créer le musée d’art moderne de Fontevraud le 19 septembre 2021, grâce au don à l’État et à la région Pays-de-la-Loire de la collection constituée avec sa femme, Martine.

Riche de 900 œuvres patiemment rassemblées au cours des 60 dernières années, ce musée témoigne de la passion pour les arts de Martine et Léon Cligman ainsi que de la générosité que le collectionneur a voulu témoigner envers le pays qui l’a accueilli aux heures sombres de l’entre-deux-guerres.

Tout ce que nous avons acheté nous ne l'avons jamais vendu. Aujourd'hui ce que nous offrons ce n'est pas une somme d'argent, tout ce que nous offrons ce ne sont que des œuvres et rien d'autre.

Léon Cligman, juin 2020

Donateur musée des arts modernes de Fontevraud

Les réactions sont nombreuses dans la région pour saluer la mémoire du bienfaiteur de fontevraud. Christelle Morançais salue "une vie tournée vers l'art, la culture et la passion de transmettre".

Ancien industriel, il avait d'abord choisi d'offrir ce patrimoine artistique à la Touraine. Après de nombreuses tentatives échouées, ce seront finalement les Ligériens qui profiteront de ces œuvres.

La donation Cligman, ce sont des œuvres du XIXe et XXe siècles, mais aussi des objets du monde entier. L'histoire d'une vie d'amoureux des arts. Cette donation permettra de préserver et conserver le tout dedans son ensemble.

Originaire de Moldavie

Originaire de la ville de Tighina en Moldavie, alors en territoire soviétique, Léon Cligman s’était en effet installé en France avec sa famille dans les années 30 pour échapper aux pogroms.

Étudiant à l’école de commerce supérieure de Paris, le jeune homme s’engage dès 1941 dans la résistance et devient secrétaire du Comité départemental de la libération en 1944.

Il se lance ensuite dans une carrière d’entrepreneur dans le textile et la confection, dans l’ouest et le centre de la France, non loin de l’abbaye de Fontevraud qui constituait l’épicentre de cette géographie personnelle.

Avec sa future épouse qu’il rencontre au sortir de la guerre, ils s’initient et poursuivent ensemble une tradition familiale bien ancrée : Martine est la fille des collectionneurs Denise et René Levy qui donnèrent en leur temps leur fonds de peinture du 20e siècle à la ville de Troyes.

Le couple va ainsi se laisser porter par son goût et sa sensibilité réunissant peintures, dessins et sculptures d’artistes des 19e et 20e siècles, ainsi que des antiquités et des objets extra-européens (Afrique, Océanie, Asie, Amériques).

Confrontant époques et civilisations, leur collection reflète la passion intime qu’ils ont souhaité faire partager au plus grand nombre en donnant ce riche ensemble à l’Etat et à la région Pays-de-Loire. Comme il aimait à le souligner, "cette collection est le fruit du regard commun que Martine et moi avons porté sur les œuvres, ce musée est le vôtre ".

"Ce geste exemplaire est venu couronner l’engagement de Léon Cligman et de son épouse au service des idéaux humanistes de transmission et de liberté pour lequel ils se sont ensemble toujours battus", ajoute la ministre Culture.